>

qu’est-ce que l’intolérance au gluten ?

Maladie intestinale liée à l’ingestion de gluten, cette maladie se manifeste chez des personnes génétiquement prédisposées.

C’est une maladie intestinale auto-immune associée à l’ingestion de gluten. L’intolérance à ce qui subsiste après l’élimination de l’amidon des farines de céréales est aussi appelée maladie cœliaque.

Quand des aliments qui en contiennent sont ingérés, le système immunitaire des personnes qui y sont intolérantes réagit à l’une de ses protéines, la gliadine, en fabriquant des anticorps. Une réaction auto-immune donc, qui à la longue est à l’origine de lésions de la paroi intestinale et donc, d’une digestion faussée et d’une moins bonne assimilation de nombreux nutriments et vitamines (entre autres, acide folique, vitamine D, calcium).

Ce n’est pas une allergie

Cette intolérance au gluten est assez courante. Le terme « intolérance » est important car contrairement à une allergie, qui a des conséquences dès l’ingestion, l’intolérance se met en place avec le temps et c’est pour cette raison qu’elle passe inaperçue la plupart du temps. Ainsi, c’est 10 ans après les premiers symptômes chez l’adulte que le diagnostic est posé, en moyenne. L’intolérance au gluten est trois fois plus fréquente chez la femme.

Si la ou les causes précises ne sont pas à ce jour déterminées, elle serait donc liée au système immunitaire et à une prédisposition génétique (un ou deux gènes spécifiques).

Symptômes de l’intolérance au gluten

Les dignes seront différentes selon l’âge auquel ils apparaîtront.

Chez le nourrisson

Quand ils s’appliquent chez les plus petits, c’est quelques semaines seulement après l’introduction du gluten dans leurs repas. Conséquences : entraîner chronique, perte d’appétit, bébé est moins actif.

Chez l’enfant

Il faut distinguer :

  • les signes digestifs comme une chronique ou intermittente, nausées et vomissements, perte d’appétit ;
  • les signes non digestifs : asthénie, carence en fer, puberté retardée, aménorrhée, aphtes qui récidivent…

Chez l’adulte

Les signes digestifs : entraînent chronique le plus souvent, constipation moins fréquente. Des douleurs abdominales ou un ballonnement être ressentis, associés à des flatulences.

En ce qui concerne les signes non digestifs, citons : une fatigue qui dure, anémie par carence en fer, fracture par ostéoporose, stérilité sans cause déterminée, neuropathie périphérique…

Un prix de sang permettra de poser le diagnostic, si le médecin n’a pas pu le faire en première intention.

Évolution de la maladie cœliaque

Un régime alimentaire excluant le gluten devra être suivi. Mais si ce n’est pas le cas, des risques importants de certaines affections sont très possibles : cancers du tube digestif, stérilité, ostéoporose, cancer des voies aérodigestives supérieures ou du foie, croissance entravée pour un enfant.

Leave a Comment