>

notre top 5 des infos/intox pour mieux comprendre cette maladie

Le 4 mars marque la journée mondiale de lutte contre l’obésité. Cette maladie que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère comme une « épidémie mondiale », touche près de 800 millions de personnes dans le monde. Pour l’occasion, LeLynx.fr vous propose de déconstruire (ou confirmer) certains a priori à ce sujet.

La journée mondiale de lutte contre l’obésité a vu le jour en 2010 en Europe et en 2020 dans le monde. Elle permet de mutualiser les réflexions au sujet de ce problème de santé et, plus généralement, de sensibiliser le plus de personnes possible à ce sujet. En effet, faire évaluer les mentalités est là l’un des enjeux majeurs de cette journée, d’autant plus que l’on constate de plus en plus d’hostilité envers les personnes atteintes d’obésité.

Comment définit-on l’obésité ?

L’obésité se définit comme une maladie chronique provoquée par l’augmentation de la masse graisseuse dans le corps, et ce, sur le long terme. Elle n’est évidemment pas sans conséquences sur le corps puisqu’elle est responsable :

1 – L’obésité est imposée par une mauvaise alimentation

Pas toujours ! Les habitudes alimentaires ne sont pas toujours en cause lorsqu’il est question d’obésité. L’obésité est considérée comme une maladie multifactorielle. La génétique est par exemple un rôle non négligeable dans la perte ou la prise de poids.

Les inégalités sociales sont par ailleurs une autre cause d’obésité. Certaines personnes ne disposent pas de moyens financiers suffisants pour se nourrir sainement. Une alimentation de qualité joue un rôle évidemment non négligeable mais n’explique pas tout !

De surcroît, les personnes en proie au stress et autres appréhensions peuvent plus développer facilement certaines complications, dont une obésité.

Hormone libérant du sucre dans le sang et ayant une importance non négligeable dans la métabolisation des graisses, le cortisol est entre autres secret lorsque l’on vit une situation de stress intense. Cette réaction de l’organisme permet de répondre à une demande importante d’énergie impliquée par une situation particulière liée à l’appréhension ou de la peur. Le cortisol suffit, à lui seul, à illustrer la thèse selon laquelle notre état d’esprit peut avoir une influence directe sur notre organisme et pire encore, le développement d’une maladie.

2 – L’IMC est un indicateur fiable pour considérer une personne comme obèse

Si l’indice de masse corporelle (IMC) permet de plus ou moins de déterminer la corpulence d’une personne, il n’est pas toujours fiable. En effet, celui-ci ne prend pas en compte la masse osseuse, la masse grasse ou encore l’âge d’un individu. Établi par un calcul prenant en compte le poids et taille (masse divisée par la taille au carré), il ne saurait être considéré comme un indicateur à prendre absolument en compte lorsqu’il est question de poids. S’il y a donc des chances de pouvoir faire référence à l’obésité lorsque l’IMC dépasse les 30il existe d’autres spécificités à prendre en compte.

L’OMS définit « le surpoids et l’obésité comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ». Et si l’IMC peut témoigner d’un éventuel problème de santé, il ne peut en rien être considéré comme une donnée absolument fiable. À titre d’exemple, un individu sportif, doté d’une certaine musculature et en bonne santé sera d’emblée considéré comme… obèse, si l’on croit l’IMC.

Il est aussi important de rappeler que la gras dit « intra-abdominale » (ou viscérale) est plus dangereuse qu’une graisse sous-cutanée qui viendrait « seulement » se loger sous la peau et pas dans l’abdomen (sous les muscles).

3 – Suivre un régime permet de combattre l’obésité

Le régime ne suffit pas. S’il s’agit bien évidemment d’un moyen efficace parmi d’autres pour perdre du poids, il n’est pas le seul, et surtout, ce n’est pas toujours celui auquel il faut penser en premier. L’obésité a des causes multiples et le versant psychologique à autant, si ce n’est plus d’importance que la dimension alimentaire.

Elle peut même être assimilée à un « cercle vicieux » compte tenu du fait que la maladie a de lourdes conséquences sur le bien-être de ceux qui en sont atteints. Une méta-analyse menée par Luppino et ses collègues a démontré que l’obésité augmente de 55 % le risque de développer une dépression, ce qui a un impact certain sur la capacité à soigner la maladie. Les auteurs indiquent par ailleurs que cette même dépression augmentée de 58 % le risque de développer l’obésité, corroborant l’aspect psychosomatique de la maladie. Celle-ci fait aussi partie des maladies non transmissibles les plus acceptées.

4 – La proportion de personnes obèses dans le monde a triplé en à peine 30 ans

Selon les chiffres de l’OMS, entre 1975 et 2016la proportion d’adultes obèses dans le monde est passée de 4,7 % à 13,1 %. Il ne s’agit pas du seul (triste) constatant que l’on peut faire sur l’avancée de l’obésité dans le monde. En 2019, 5 millions de personnes ont succombé en raison de leur surpoids et plus de la moitié, soit 2,9 millionssont décédées de malnutrition.

Précisions gardées que l’organisme est basé sur l’IMC (supérieur à 30 ans lorsqu’il s’agit d’obésité) pour observer cette évolution. Ainsi, même si cette base ne suffit pas à définir une personne comme obèse, elle permet toutefois toutefois de se compter, à grande échelle, à quel point la malnutrition a accéléré dans le monde en quelques décennies à peine.

L’OMS précise également la part de personnes en surpoids est passée de 22 % à 39 % entre 1975 et 2016.

Obésité top 5 infos intox comprendre maladie proportion

Tout cela s’explique par une augmentation généralisée des revenus des ménageset donc, l’accès à davantage de nourriture, pas toujours saine pour la santé. La population mondiale ingère également plus de calories qu’elle n’en dépense au quotidien. Cela explique également pourquoi l’obésité gagne du terrain, non seulement en France, mais aussi d’autres pays, même ceux où les richesses sont moins abondantes.

5 – L’obésité représentanta près de 1 000 milliards de dollars en dépenses médicales d’ici 2025

Obésité top 5 infos intox comprendre maladie 1 000 milliards de dollars dépenses médicales 2025

1 000 milliards de dollars, soit près de 900 millions d’euros seront reconnus à la maladie et ses conséquences. Prévention, traitements, suivi… Il s’agit d’un budget colossal qui sera consacré à l’obésité. Le site worldobesityday.org indique par ailleurs que les personnes atteintes d’obésité ont deux fois plus de risques de faire l’objet d’une hospitalisation en cas de test Covid-19 positif.

Cet article vous a-t-il été utile ?


Nabil est l’auteur de cette page. En donnant votre avis sur cet article, vous l’aiderez à améliorer son contenu.

Leave a Comment