>

Votre régime alimentaire influence votre humeur

Invectives, grossièretés, remarques violentes… Le discours haineux qui se répand actuellement dans la sphère publique est bien souvent attribué aux réseaux sociaux. Et si la cause principale de ce développement de réactions acerbes se situait plutôt dans nos assiettes ? C’est ce que rapporte un article de Science Alert.

Le rôle de l’alimentation sur la santé physique est déjà bien connu de la population. Des chercheurs du domaine de la nutrition et de la santé tentent donc aujourd’hui de faire comprendre que la qualité de l’alimentation a également un impact non négligeable sur la santé cérébrale. Bonnie Kaplan et Julia Rucklidge, autrices de Le meilleur cerveauont montré qu’un grand nombre de personnes dans notre société souffrait de « faim cérébrale », un phénomène qui aurait entraîné des conséquences sur la régulation de nos émotions.

Si notre consommation de macronutriments est suffisante, nous manquons en revanche de micronutriments –minéraux et vitamines– en partie à cause de notre trop grande consommation de produits ultra-transformés, tels que les boissons gazeuses, les céréales trop sucrées ou encore les nuggets de poulet . Par exemple, au Canada, en 2004, 48 % de l’apport calorique des citoyens de tout âge provenaient de produits ultra-transformés, des aliments qui ne contiennent que très peu de ces micronutriments, nécessaires à la production de neurotransmetteurs comme la sérotonine et la dopamine.

Plus de légumes, moins d’anxiété

Les preuves scientifiques indiquant que l’apport en micronutriments influencent bel et bien notre humeur sont encore vastes. Une douzaine d’études anticipées au Canada, en Espagne, au Japon ou encore en Australie ont démontré que les personnes qui ont une alimentation saine et complète présentent moins de symptômes de dépression et d’anxiété que les personnes dont le régime alimentaire est majoritairement composé de produits ultra-transformés. Chez un tiers de personnes souffrant de dépression et qui consommaient des régimes alimentaires relativement pauvres, le passage à un régime alimentaire méditerranéen –donc riche en fruits et légumes, légumineuses et graisses insaturées– a entraîné des améliorations significatives sur leur humeur.

Inscrivez-vous à la newsletter de Slate

Ainsi, puisque la « faim cérébrale » est un facteur important dans la régulation émotionnelle, une population bien nourrie est plus à même de résister au stress. Attention tout de même à ne pas sous-estimer le rôle de Twitter dans la perte de civilité actuelle.

Leave a Comment