>

Les aliments périssables des épiceries des Îles récupérés pour les plus démunis

Le projet permettra de collecter les aliments périssables des quatre principaux marchés d’alimentation de l’archipel, chaque semaine, afin de les redistribuer directement aux personnes en situation de précarité.

Ça fait plusieurs années que les organismes souhaitent se doter d’un système de récupération de denrées alimentairesexplique la directrice générale d’Entraide communautaire des Îles, Carmel Lapierre.

« On veut nourrir notre monde tout en luttant contre le gaspillage des aliments. »

Une citation de Carmel Lapierre, directrice générale d’Entraide communautaire des Îles

L’organisme réfléchi au projet depuis plusieurs années. La première phase s’est mise en branle en 2019, en collaboration avec le Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes (CERMIM), dans le but de documenter les demandes de dépannage alimentaire, de quantifier les pertes en épicerie et de s’ inspirateur des systèmes de récupération d’aliments périssables ailleurs au Québec.

Cette étape a permis de constater que les quatre principales épiceries madeliniennes jettent annuellement quelque 65 tonnes d’aliments sains à la consommation, en l’absence d’un système de récupération propice à leur valorisation.

Cela représente environ 16 500 portions, soit 3050 portions de fruits et légumes, 7360 portions de viandes, 6175 portions de pains et produits céréaliers.

Les trois coopératives IGA des Îles-de-la-Madeleine et le Marché Tradition prennent part au système de récupération des aliments périssables (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le système de récupération permettra aux épiciers de congeler des paquets de viande, ou encore des produits de boulangerie, juste avant leur date de péremption, en vue de la collecte hebdomadaire d’Entraide communautaire des Îles.

Grâce à la collecte communautaire, il sera aussi possible de récupérer des fruits et légumes dont l’apparence est altérée pour la vente, sans toutefois représenter un danger pour la consommation.

Plusieurs organismes communautaires participants

Les produits périssables seront redistribués à travers la banque alimentaire d’Entraide communautaire des Îles, mais également par d’autres organismes qui permettent des services aux personnes en situation de précarité. Le Centre d’action bénévole, les différentes maisons d’hébergement de l’archipel et la Maison de la famille l’Embellie peuvent aussi en bénéficier.

C’est un projet de communautés’enthousiasme Carmel Lapierre. Ça va aider plusieurs organismes du milieu. On va pouvoir aider environ 1000 personnes durant une année, ce qui est bien pour une population de 12 000 personnes.

Carmel Lapierre est photographiée devant les tablettes d'une banque alimentaire.

La directrice générale d’Entraide communautaire des Îles explique que la banque alimentaire offrait jusqu’ici seulement des denrées périssables et qu’un bon d’achat était remis aux bénéficiaires afin qu’ils puissent acheter eux-mêmes des produits frais en épicerie.

Photo : Entraide communautaire des Îles

La directrice générale d’Entraide communautaire des Îles, Carmel Lapierre, note que les besoins auprès de la banque alimentaire évoluent alors que la facture d’épicerie ne cesse d’augmenter.

Le projet nous permet d’offrir des denrées périssables. Avec le coût élevé du panier d’épicerie, ça va permettre de donner plus d’aliments, soit des aliments sains et variésexplique Mme Lapierre. Les personnes vont pouvoir recevoir plus et mieux arriver à la fin du mois.

Un lavabo et un comptoir en métal dans un local.

Entraide communautaire a réaménagé ses locaux et fait l’acquisition de matériel en vue du lancement du projet.

Photo : Entraide communautaire des Îles

Le coût du projet s’élève à 530 000 $. Entraide communautaire des Îles à fait l’achat d’un camion pour la collecte des aliments et de divers équipements pour traiter et stocker les denrées alimentaires. Ses locaux ont aussi été réaménagés.

Une personne responsable de la coordination du projet devrait être embauchée au cours des prochaines semaines.

Carmel Lapierre espère que la collecte d’aliments dans les supermarchés se fera en branle d’ici la fin du printemps .

Leave a Comment