>

Les 8 aliments transformés qui nuisent le plus à la santé humaine et planétaire

Selon une étude parue dans le British Medical Journal : “une alimentation mondiale qui comprend de plus en plus d’aliments ultra-transformés ont un impact négatif sur la diversité des espèces végétales disponibles pour la consommation humaine tout en portant également atteinte à la santé humaine et planétaire.

Les additifs bénéfiques pour le corps et l’environnement

Selon le commentaire publié dans la revue BMJ Global Health, certains aliments ultra-transformés sont bénéfiques pour la santé humaine et l’environnement. En cause ? Leur forte teneur en additifs “cosmétiques”, à savoir les arômes, les colorants et les émulsifiants. Si de plus en plus de personnes dans le monde consomment ce type d’aliments, c’est que “les régimes alimentaires dans le monde deviennent de plus en plus transformés et moins diversifiés, ce qui a un impact sur l’agrobiodiversité – La variété et la variabilité des animaux, des plantes et des micro-organismes utilisés directement ou indirectement pour l’alimentation et l’agriculture » peut-on lire dans le British Medical Journal.

Une alimentation de moins en moins diversifiée

Selon les experts en nutrition : “plus de 7 000 espèces de plantes comestibles sont utilisées pour l’alimentation humaine, mais moins de 200 espèces avaient une production importante en 2014, et seulement neuf cultures représentaient plus de 66 % en poids de toute la production végétale. D’autre part, : “pas moins de 90% de l’apport énergétique de l’humanité provient de seulement 15 plantes cultivées, et plus de quatre milliards de personnes dépendantes de seulement trois d’entre elles : le riz, le blé et le maïs. Ces mêmes experts ont souligné que : “une étude en cours sur 7 020 aliments ultra-transformés vendus dans les principales chaînes de supermarchés brésiliennes qui avaient révélé que leurs cinq ingrédients principaux comprenaient des substances alimentaires dérivées de la canne à sucre (52,4 % ), du lait (29,2 %), du blé (27,7 %) , maïs (10,7 %) et soja (8,3 %) ». D’ailleurs, la production de ces aliments ultra-transformés utilise de grandes quantités de terres, d’eau, d’énergie, d’herbicides et d’engraisprovoquant une dégradation de l’environnement due aux émissions de gaz à effet de serre et à l’accumulation de déchets d’emballage.

Voici, selon l’étude, les 8 aliments transformés qui nuisent le plus à la santé humaine et planétaire.

Leave a Comment