>

Foix. De l’éducation thérapeutique pour les diabétiques

l’essentiel
Médecin et infirmière spécialistes en diabétologie conseillent les patients atteints de cette pathologie sournoise, détectable cliniquement et nécessitant une hygiène de vie.

La maison des associations à Foix accueillait une douzaine de patients diabétiques. La plupart ont recours à l’injection et sont astreints à un régime alimentaire et de vie ne supportant pas trop les écarts.

Serge Dénat, médecin spécialiste en diabétologie, et Françoise Mauger, infirmière, soutenus par Gérard Villefranque, patient référent, ont multiplié les conseils pour aider les patients à vivre au mieux. Presque normalement.

Ce programme est animé et financé depuis mars 2014, et a été reconduit par l’agence régionale de santé (ARS). En Ariège, près de 400 personnes ont bénéficié de cette éducation thérapeutique, souvent accompagnées d’un conjoint ou d’un aidant.

Une autre intervenante, Charline Bonny, diététicienne à Pamiers, donna de précieux conseils. Ils firent fusionner des questions intéressantes auxquelles la professionnelle a répondu avec précision. Elle a insisté sur l’alimentation : “Un diabétique peut manger de tout mais en respectant scrupuleusement la quantité.”

Véronique Alvès, éducatrice sportive, dévoila des gestes et des postures à répéter quotidiennement. Par exemple, des étirements facilitant l’activité physique réduite mais essentielle.

Le stade pouvait se résumer par cette phrase : “Je deviens diabacteur pour gérer mon taux d’insuline.” Les consignes de données concernaient principalement l’alimentation, l’activité physique, la prise des médicaments et les soins des pieds.

Françoise Mauger a porté à la connaissance des participants des données sur la mortalité des diabétiques : “Le phénomène de non-observance des principes simples entraîne la mort de 1 000 personnes par an. Sur la même période, 150 000 personnes sont hospitalisées pour cette pathologie .”

La dernière intervention de la séance fut laissée à Françoise Mauger. Elle fit une belle démonstration de l’importance de l’hygiène des pieds et notamment l’entretien, la surveillance des plaies, les chaussures, les produits à utiliser et ceux à bannir. Elle insista sur un constat préoccupant : une blessure négligée peut conduire à l’amputation d’un membre inférieur.

Françoise Mauger a même créé deux jeux de société pour mieux sensibiliser les patients, sans les dérouter pour autant.

Une consultation régulière du médecin traitant reste la meilleure gestion du taux de glycémie. Il régulera en fonction des résultats et orientera, si nécessaire, son patient vers un spécialiste en diabétologie.

Leave a Comment