>

Grossesse : puis-je manger de la charcuterie enceinte ?

Avec : Pauline Bériot, diététicienne

Une petite tranche de saucisson par-ci, une de chorizo ​​par-là ? Les produits de charcuterie sont dans la culture française depuis des centaines d’années et de nombreux sont les Français qui auraient bien du mal à s’en passer ! Néanmoins, les femmes enceintes doivent prendre certaines précautions verser ne tombe pas malade et perturber la croissance du bébé. La future maman doit rester vigilante sur ce qu’elle consomme, autant pour sa santé que pour celle du fœtus. Il est effectivement possible de développer des maladies si l’on ne prend pas garde à ce que l’on mange.

Qu’est-ce que la charcuterie ?

La charcuterie rassemble toutes les préparations alimentaires, principalement à base de viande de porc cru ou cuite. Elles sont souvent salées, ce qui permet de conserver les aliments. On retrouve trois grands types de produits : les salaisons (des produits sans cuisson comme le jambon, le saucisson, le chorizo), les produits cuits (notamment les jambons cuits, les pâtés, les rillettes, les boudins ou encore les andouilles) et le reste des produits, par exemple les saucisses à cuire. « En général, les charcuteries sont composées à partir de viandes de porc. La technique de fabrication consiste en un salage puis un fumage. Ce n’est donc pas réellement une cuisson. Le sel, tout comme la technique du fumage, est un conservateur », détaille Pauline Bériot, diététicienne.

Est-ce qu’une femme enceinte peut manger de la charcuterie ?

Au cas par cas : le saucisson, le chorizo, le jambon cru, le pâté…

Par mesure de précaution, les viandes dites “crues” sont à écarter du régime alimentaire pour une femme qui attend un bébé. Le saucisson, le chorizo, le jambon cru, ou encore le pâté » sont fortement déconseillés parce qu’il y a un risque de contamination par une bactérie, qui s’appelle la Listeria », alerter le spécialiste. La consommation de produits à la coupe, qu’on peut trouver sur le marché ou dans des magasins alimentaires, est donc contre-indiquée. On évite aussi le carpaccio et le steak tartare, tout deux également crus. Lorsqu’on est enceinte, on privilégie une alimentation saine, avec des féculents, des protéines, des légumes, du poisson cuit (maximum deux fois par semaine)… Et attention à ne pas dépasser les dates limites de consommation !

Peut-on manger du jambon blanc et de la mortadelle ?

La charcuterie crue n’est donc pas interditMaïs elle est fortement déconseillée en raison de la présence des bactéries Listeria et Toxoplasma gondii, qui peuvent se développer dans l’organisme de la femme enceinte et dans celui du bébé. Ces bactéries sont respectivement à l’origine de la listériose et de la toxoplasmose.

Il peut y avoir quelques dérogations pour la charcuterie cuite, mais il faut tout de même que les futures mamans prennent des précautions. « Mieux vaut privilégier le jambon blanc avec un mode de conservation sous vide, afin d’éviter les produits à la coupe. On peut aussi consommer des saucisses à condition qu’elles soient cuites à plus de 70°C », précise Pauline Bériot. Malgré tout, les aliments comme le jambon blanc, dit “cuit”, ou la mortadelle, sont à consommer avec modération. La charcuterie n’est donc pas un mode d’alimentation à privilégier au cours de la grossesse.

Quand faut-il arrêter d’en manger quand on est enceinte ?

Afin de ne courir aucun risque, ni pour soi, ni pour bébé, il vaut mieux arrêter de consommer de la charcuterie dès qu’on apprend qu’on est enceinte.

Pourquoi est-ce interdit de manger de la charcuterie lors de la grossesse ?

Les risques liés à la listériose

La listériose est une infection grave, d’origine alimentaire. Elle peut entraîner une septicémie ou une infection du système nerveux central. « La Listeria entraîne une maladie qu’on appelle la listériose. Celle-ci peut provoquer des avortements spontanés, des morts in utero ous accouchements prématurés », rencontré en garde Pauline Bériot.En France, la maladie reste rare (son incidence est de 5 à 6 cas par million d’habitants) mais elle peut être mortelle. Selon le ministère des Solidarités et de la Santé, « les personnes les plus exposées au risque de contamination par Listeria sont les femmes enceintes, les nouveau-nés, les personnes immunodéprimées et les personnes âgées. » Afin de ne pas attraper cette bactérie, mieux vaut « éviter les produits de charcuterie cuits ou crus consommés en l’état (jambon cuit ou cru, produits en gelée, foie gras, pâté, rillettes…) », indique le gouvernement.

Comment préparer les aliments pour éviter la listériose ?

  • Se laver les mains avant, pendant et après manipulation de tous les types d’aliments.
  • Nettoyer les ustensiles de cuisine et les plans de travail qui ont été en contact avec des aliments non cuits.
  • Ne pas utiliser les mêmes ustensiles (couteau, cuillère, plat, etc.) pour les aliments crus et les aliments cuits.
  • Préférer les produits pré-emballés aux produits achetés à la coupe.
  • Bien cuire les aliments crus d’origine animale (notamment la charcuterie crue de type lardons)
  • Réchauffer les aliments consommés à chaud à une température interne supérieure à + 70°.

Les risques liés à la toxoplasmose

La toxoplasmose (toxoplasma gondii) est une infection parasitaire provoquée par la consommation de viande contaminée mal cuite, de cruditésmal lavés ou encore de l’eau souillée. En général, elle est asymptomatique. Si vous attrapez la toxoplasmose alors que vous êtes enceinte, le fœtus pourrait en pâtir. Selon le stade de la grossesse, les risques de contamination et de lésions peuvent être plus ou moins importants. Durant le premier trimestre, même si l’infection est plus rare, les conséquences peuvent être bien plus graves que pendant le deuxième ou le troisième trimestre de la grossesse, où le bébé a déjà plus de résistance. La toxoplasmose peut engendrer des malformations chez le fœtus, plus fréquemment au niveau des yeux, moins au niveau du cerveau. Dans certains cas très rares, la maladie peut provoquer des fausses-couches.

« Pour la toxoplasmose, on fait généralement en début de grossesse, voire même quand il y a un désir de grossesse, une sérologie. C’est une prise de sang qui va vérifier si la femme a déjà été en contact avec la bactérie. Si la sérologie est négative, il faut que la femme prenne des précautions alimentaires et d’hygiène quand elle prépare les repas, notamment bien laver tout ce qu’elle va manger cru puisqu’on retrouve la bactérie dans la terre. En revanche, si la femme a déjà été en contact avec la bactérie et qu’elle est positive à la toxoplasmose, elle est protégée », assure Pauline Bériot. Attention : même immunisée pour la toxoplasmosela charcuterie est toujours déconseillée en raison du risque toujours présent de listériose.

En cas d’infection à la naissance, on surveille le nourrisson contaminé par la toxoplasmose avec des examens complets, notamment au niveau ophtalmologique. Un suivi régulier sera ensuite nécessaire afin de s’assurer de la façon dont la maladie ne s’étendra pas. En effet, les contrôles ne s’arrêtent pas à l’enfance, ils peuvent être prolongés jusqu’à l’âge adulte.

Leave a Comment