>

À la Maison de la culture, découvrez (et goûtez) les aliments du futur

Stand de la Direction des ressources marines au Village de l’alimentation et de l’innovation. ©MB/Radio1

Le Village de l’alimentation a ouvert ses portes ce jeudi. Une foule d’élèves de primaire et des collèges a investi la cour de la Maison de la culture dès 8 heures. Ils y ont découvert les produits locaux d’aujourd’hui et de demain, de la culture en bassin de crevettes et platax, à la confection de cordons bleus d’aubergines. Un événement qui accueillera aussi de nombreuses conférences ce week-end, jusqu’à dimanche.

À peine les banderoles étaient-elles en place ce jeudi matin que les classes de primaire et des collèges se pressaient déjà devant les ateliers culinaires. Découverte des goûts, des produits locaux ou inhabituels : ils en ont pris plein les papilles et n’ont passé leur tour sur aucun stand. Le Village de l’alimentation et de l’innovation a accueilli ses premiers visiteurs ce jeudi matin et reste ouvert tous les jusqu’au dimanche 3 avril. Un programme riche aborde la problématique « Que mangerons-nous demain ? Et commenter ? » au travers d’ateliers pratiques, de conférences, de projections et de présentations de produits locaux.

« Goûter les aubergines d’une autre façon »

Sous le grand chapiteau ce jeudi, c’est la commune de Teva i uta qui a animé la cours de cuisine. Au programme, cordons bleus d’aubergines et crudités au coco rapé. Pourquoi les aubergines ? « Parce que c’est une légume qui ne coûte pas cher, et qui pousse facilement. C’est une autre façon de faire goûter les aubergines aux enfants, pour qui ce n’est pas toujours agréable. » Quant à la salade de crudités, « elle est innovante par l’ajout de potiron et l’assaisonnement avec du coco rapé », explique l’animatrice du stand.

Kalani est élève en cinquième au collège du Taaone, et comme la plupart des élèves présents, éco délégué dans son établissement. Ce qu’il retient c’est que « L’alimentation est importante, qu’il faut y faire attention pour ne pas avoir de maladie grave ». Une sortie scolaire qui s’inscrit dans un programme plus vaste abordant notamment la gestion des déchets.

L’aquaculture de demain : « durable et raisonnée »

Dans un registre plus scientifique, la Direction des ressources marines tient plusieurs stands dont un qui était animé par Camille, du Projet Protégé en charge des actions pour une pêche et d’une aquaculture durables. Elle y présente plusieurs produits en cours de test par la DRM : une algue comestible, la Gracilariaqui pourrait être cultivée dans « des fermes d’algoculture dans un futur proche », mais aussi des paraha peue (platax) – des huîtres et des crevettes. Pas question de voir apparaître des exploitations intensives, mais elle parle plutôt de petits bassins dans le lagon. L’intérêt est de montrer que « L’aquaculture de demain peut être durable et raisonnée, circulaire ».

©MB/Radio1

©MB/Radio1

©MB/Radio1

Leave a Comment