>

Le prix moyen de la baguette pourrait rapidement dépasser le cap d’un euro

« La baguette est un produit de tous les jours. On est donc toujours gêné de l’augmenter, même si c’est justifié », confie Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française. le début de l’année, le grain doré enregistré depuis une hausse de plus de 70 %, du fait notamment de l’invasion de l’Ukraine provoquée par la Russie. Ou, les deux territoires sont respectivement quatrième et premier exportateurs mondiaux de blé. Les ports de la mer Noire sont depuis le 24 février paralysés, de nombreux stocks y sont restés bloqués. Cela a automatiquement entraîné une flambée sur ce marché et donc sur la farine, ingrédient essentiel du pain.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Pourquoi la guerre en Ukraine menace la sécurité alimentaire mondiale

« La tonne de blé est montée à 460 euros ce mois-ci. En septembre, quand elle a atteint 280 euros, c’était déjà inédit », rappelle Dominique Anract. Cette situation pousse Dominique Eury, boulanger dans le 17e arrondissement de Paris, à réfléchir à une augmentation de ses prix. En 2021, la baguette se vendait en moyenne 90 centimes en France, mais le cap d’un euro pourrait être franchi. « A moyen terme on ne va pas avoir le choix, ça se joue entre cinq et dix centimes par produit »affirme-t-il.

« Le prix du beurre est intenable »

Pour l’instant, Dominique Eury n’a pris aucune décision, dans l’attente de la facture de son meunier. Il est en discussion avec ce dernier pour une répercussion « par étapes » afin de maintenir les prix pour ses clients. De son côté, Monique Imbert, présidente de l’Union départementale des syndicats des maîtres-artisans boulangers et boulangers-pâtissiers des Bouches-du-Rhône, est rassurée : « Nos meuniers locaux maintiennent leurs tarifs », assure-t-elle. Pour l’instant.

Même si la farine ne représente au bout du compte qu’entre 13 % et 15 % du coût final d’une baguette, c’est une hausse non négligeable dans ce contexte d’inflation générale. Le 31 mars, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) estimait que l’inflation en France atteignait 4,5 % sur un an. « On a une augmentation dans tout, le blé est à un prix excessif et celui du beurre est intenable, il a pris deux euros au kilo »souligne Dominique Eury.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Du (bon) pain sur la planche ! Notre sélection des 15 meilleurs (spéciaux)

Essentiel pour les pâtisseries et viennoiseries, ce produit n’a, lui aussi, pas échappé à l’inflation. Le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière indiquait une augmentation de 69 % sur un an à la mi-janvier. Cela s’ajoute à la hausse des factures d’électricité, pour les fours, et celle des carburants, dans le cadre de leurs livraisons pour certains. En janvier 2022, l’Insee précisait que l’énergie avait enregistré une hausse de 19,9 % sur un an, dont 24,3 % pour les produits pétroliers.

Leave a Comment