>

Un séchoir solaire pour conserver les aliments en autonomie énergétique

L’un dernier, nous vous avions présenté la petite entreprise française “Solar Brother” spécialisée dans l’utilisation de l’énergie solaire thermique à échelle domestique. En vingt ans d’expérience, la start-up a développé toute une gamme de produits fonctionnant uniquement grâce à la chaleur et la lumière solaire : four, douche, poêle, marmite, batterie, briquet… Investir dans cette énergie propre et gratuite n’ a jamais été aussi nécessaire tant du point de vue écologique qu’économique alors que le Giec alerte sur les conséquences déjà visibles du dérèglement climatique et que le prix des énergies fossiles (gaz, pétrole) ne cesse de battre des records. Les internautes ne s’y sont pas trompés en finançant largement la récente campagne ulule du dernier né de la famille : un séchoir à aliments.

Frère solaire, une petite société française, continue d’innover. Comme l’énergie du soleil, leur inspiration parait inépuisable. Dans la droite lignée de leur philosophie et de leur foi dans le potentiel de l’énergie solaire, l’équipe de la Solar Family a mis au point un déshydrateur solaire autonome, pour sécher fruits, légumes et plantes baptisé « OMY ».

Gage du sérieux de Solar Brother, l’entreprise est lauréate du dispositif “Energies pour Agir” crée par ENGIE qui accompagne les porteurs de projets engagés dans la transition énergétique et le développement durable.

L’idée de se lancer dans la création d’un séchoir solaire est née d’une demande des utilisateurs pour plus d’autonomie en cas de choc énergétique ainsi que d’un constat évident : l’été est une saison majeure de production de fruits et légumes. Si on ne peut tous les consommer et pour éviter le gaspillage alimentaire, le séchage pour la conservation est une alternative idéale.

Ainsi, il est possible de se constituer des réserves pour les saisons froides et l’apprenti « autonome » évite ainsi d’acheter ses mêmes cultivés à l’autre bout du monde pour pouvoir les déguster également en hiver. Le séchage permet également de préserver le goût et les apports nutritionnels des produits dont la taille et le poids sont réduits (moins d’eau), facilitant le stockage de long terme en bocaux ou en sachets.

La conception d’OMY a démarré en juin 2021. Il fallait que le séchoir soit simple à fabriquer, à utiliser et d’une capacité la plus importante possible tout en restant relativement compact. Au final, OMY permet de déshydrater en même temps jusqu’à 7 kilos d’aliments en même temps. Il suffit de disposer d’un ensoleillement suffisant. D’ailleurs, outre les fruits et légumes, il est aussi possible de déshydrater des fleurs, des algues, des plantes aromatiques ou médicinales

Une utilisation facile.

OMY utilise un courant d’air en convection naturelle avec un ventilateur alimenté par un panneau solaire afin de réguler facilement la température. Le réflecteur à inclinaison réglable est placé au bas du séchoir pour accélérer le rayonnement qui est dirigé vers « l’absorbeur solaire miroir » situé à l’intérieur de la boite de séchage. La plaque noire absorbe le rayonnement du soleil et le convertit en chaleur ce qui permet aux aliments de sécher plus rapidement. Ces sept clayettes interchangeables pour chaque type d’aliment le rendent modulable selon les besoins de chacun.

Soutenez Mr Mondialisation sur Tipeee

Son utilisation est on ne peut plus simple : lorsque le soleil se montre (l’unique contrainte !), il suffit de broyeur les produits découpés en tranches ou en broche sur les clayettes, de réussir le capteur solaire et de laisser agir. La déshydratation s’ouvre entre 6 et 18h selon la quantité et la nature des produits mis à sécher. Les sorties produites par l’appareil solaire sont telles qu’ellesun usage professionnel est également possible à petite échelle.

La campagne ulule, lancée en février, a dépassé toutes les espérances : l’objectif de 5 000€ a été atteint en seulement deux jours, témoignant d’un besoin et d’un engouement réels pour ce produit. Au moment de l’écriture de cet article, il reste 14 jours de campagne et Solar Brother vise désormais les 800% de réussite. Plus la participation sera élevée, plus l’entreprise pourra faire fabriquer d’exemplaires d’OMY (la production prévue a déjà doublé !).

Le pallier des 300% a permis de concrétiser la rédaction d’un guide pratique sur l’approche du séchage et des différentes recommandations selon les fruits, légumes ou plantes : températures idéales, épaisseurs des tranches, temps de séchage, stockage, etc. Toutes les connaissances nécessaires pour utiliser au mieux un séchoir solaire. Et des idées de recettes pour déguster les aliments séchés partagés par la communauté viennent enrichir la section dédiée du site.

L’équipe “solaire” de Solar Brother

Toujours fidèle à leur volonté de partager au plus grand nombre et aux quatre coins du globe leurs connaissances et l’utilisation de l’énergie solaire, le plan d’auto-construction du séchoir est disponible en opensource gratuitement grâce au succès de la campagne Ulule. Ainsi, même si vous n’avez pas les moyens d’acquérir les différents produits de Solar Brother, vous pouvez les fabriquer vous-même avec un peu d’huile de coude. Pour ceux qui voudraient faire l’achat sur la boutique de Solar Brother (disponible le 21 juin), il est à noter que OMY sera fabriqué en France à partir de bois français issu de forêts auto-gérées. D’une pierre deux coups donc, en prévenant la pollution liée aux transports et en favorisant l’emploi en France. De la conception à la réalisation, le séchoir Omy est donc 100% Made in France, écologique, économique et durable !

Nous ne pouvons que leur conserver bonne chance dans cette aventure solaire.

S. Barret

Don

.

Leave a Comment