>

La production d’aliments pour bovins a décroché en janvier

La production française d’aliments du bétail a atteint 1616 400 tonnes en janvier 2022, selon les chiffres publiés par le Snia et La Coopération Agricole nutrition animale. C’est 2,4 % de moins qu’en 2021. Seul le secteur avicole échappe à la tendance baissière. Il reste à voir l’impact qu’aura l’épidémie de grippe aviaire qui sévit actuellement dans le Grand Ouest.

> À lire aussi : Moins de bovins à l’abattoir en février (29/03/2022)

Les tonnages pour vaches laitières en net repli

Les fabrications à destination des bovins ont atteint 349 900 tonnes en janvier, soit 5,2 % de moins qu’en 2021. Cette chute concerne à la fois les vaches laitières (–5,5 %) et les autres catégories de bovins (–4,5 %). Les volumes de mash reculent également, à 94 400 tonnes (–2,3 %), et ceux destinés aux ovins et caprinsde 0,6 %.

> À lire aussi : Le repli de la collecte de lait de vache se poursuit (17/03/2022)

Du côté des monogastriques, les aliments fabriqués pour la filière porcine Accusé une réplique de 4,9 %, pour un volume total de 369 000 tonnes. « La production est en recul que cela soit en porcelets (–5,5 %), truies (–6,5 %) ou engraissement (–4,5 %), divulgué se confirme une tendance à la décapitalisation », observent le Snia et La Coopération Agricole nutrition animale.

Légère hausse en volailles

La tendance est en revanche légèrement haussière pour les volailles (+0,7 %). Mais derrière cette légère progression, se cachent d’importantes quantités. Les volumes destinés aux dindes s’effondrent de 10,9 %. À l’inverse les tonnages pour les cailles progressent (+57,9 %), ainsi que ceux pour les palmipèdes (+6,6 %), moins pintades (+6,7 %) et les pondeuses (+3,2 %).

« L’épidémie de grippe aviaire s’étant étendue dans l’ouest de la France laisse présager des baisses de tonnages importantes dans les prochains mois », préviennent le Snia et La Coopération Agricole nutrition animale. Enfin, les volumes d’aliments pour lapins reculent de 5,0 %) et ceux des aliments d’allaitement de 1,5 %, en janvier 2022 toujours.

> À lire aussi : Vers un dépuplement des volailles autour des zones sensibles du Grand Ouest (25/03/2022)

Un début de campagne en réplique

« Sur les 7 premiers mois de la campagne de 2021-2022, nous observons une baisse de 1,6 % de la production nationale, complètent le Snia et La Coopération Agricole nutrition animale. La baisse la plus importante s’observe en bovins » (–4,6 %, –3,0 % pour les vaches laitières et –7,7 % pour les bovins à viande. Les tonnages pour les porcs reculent de 2,6 % et ceux pour les volailles progressent de 1,7 %.

Leave a Comment