>

rappel de chocolats Kinder, pourquoi ?

RAPPEL KINDER. Plusieurs produits de la marque Kinder sont retirés du marché car ils seront contaminés par des salmonelles et susceptibles d’avoir entraîné 15 cas de salmonellose en France. Quels sont les symptômes de cette intoxication alimentaire ? La durée d’incubation de la bactérie ? Les traitements pour tuer et soigner l’infection ?

[Mis à jour le 5 avril 2022 à 10h06] 15 cas de salmonellose ont été détectés en France, annonce Santé Publique France dans un communiqué du 4 avril. À la suite des investigations requises par les autorités sanitaires belges, conjointement avec leurs homologues européens et notamment français, l’entreprise Ferrero procède au rappel de plusieurs produits de gamme Kinder :

  • Kinder Surprise 20g (par un, par trois, par quatre et par six) et 100g avec des dates de péremption comprend entre fin juin 2022 et fin octobre 2022
  • Kinder Schoko Bons avec des dates de péremption comprend entre fin avril et fin août 2022
  • Kinder Mini Oeufs avec des dates de péremption comprend entre fin avril et fin août
  • Moments heureux Kinder, mélange Kinder : 193g, Panier 150g, Peluche 133g, Seau 198g, avec des dates de péremption à fin août 2022.

Ces rappels font suite à une épidémie de salmonelloses dans plusieurs pays européens. Les autorités sanitaires françaises ont ainsi été informées par le Centre national de référence des salmonelles de l’Institut Pasteur de la survenue en France de 21 cas de salmonellose répartis sur l’ensemble du territoire (dont 15 malades ont été interrogés pour l’instant) . Huit d’entre eux ont été hospitalisés et sont tous rentrés à domicile. L’âge médian des cas est de 4 ans. Ces produits sont tous fabriqués dans une même usine à Arlon, en Belgique. Munis d’une photo de l’emballage avec les références du produit (Date Limite de Consommation, numéro de code barre), les consommateurs peuvent appeler le numéro de téléphone mis à disposition par l’entreprise pour obtenir un remboursement (0800653653) ou la contacter à l’adresse suivante : contact.fr@ferrero.com. Le fait de manger certains aliments crus ou peu cuits peut entraîner une salmonelloseune infection alimentaire qui se caractérise par des troubles gastro-intestinaux comme une réduite, des vomissements, des maux de ventre et parfois de la fièvre.

Définition : qu’est-ce que la salmonelle et la salmonellose ?

La Salmonelle (ou Salmonella) est une bactérie à l’origine des salmonelloses et de la fièvre typhoïde et paratyphoïde. Les salmonelles sont des bactéries qui s’accumulent au niveau du système digestif et peuvent entraîner, pour la plupart, des infections généralisées, ou des septicémies. Les salmonelles sont l’une des causes principales de maladies diarrhéiques dans le monde. Le nombre de salmonelloses à tendance à augmenter dans les pays industrialisés. On estime que 15% des Salmonelles sont importées en Europe suite à des voyages en Afrique ou en Asie. À noter que 90 % des reptiles, des oiseaux et des animaux de compagnie sont porteurs de Salmonelles et qu’ils peuvent la transmettre à leur propriétaire. Pour ce qui est des Salmonelles responsables de la fièvre typhoïde et paratyphoïde, 17 millions d’infections sont désignées chaque année dans le monde, cette fois surtout dans les pays pauvres.

La salmonellose désigne l’ensemble des maladies infectieuses causées par une bactérie du genre Salmonella. La plupart des cas de salmonellose sont bénins, mais il arrive parfois que la maladie engage le pronostic vital. La gravité de l’affection dépend de facteurs liés à l’hôte et au sérotype de la salmonelle.

© 123RF – Igor Zakharevitch

Quels sont les types de salmonelles ?

Salmonella est un genre de bacilles à gramme négatif appartenant à la famille des entérobactéries. Au sein de deux espèces, Salmonella bongori et Salmonella enterica, sur un identifié plus de 2500 sérotypes différents. Ce sont des bactéries omniprésentes et résistantes, qui peuvent survivre pendant plusieurs semaines dans un environnement sec et plusieurs mois dans l’eau. Parmi elles, la Salmonella typhi et la Salmonella paratyphi sont responsables de la fièvre typhoïde.

On retrouve les salmonelles chez la plupart des animaux domestiques et sauvages. Elles sont présentes chez les animaux destinés à l’alimentation humaine tels que les volailles, les porcs et les bovins, mais aussi chez les animaux de compagnie, chats, chiens, oiseaux et reptiles, comme les tortues. Les salmonelles peuvent passer dans toute la chaîne alimentaire, à partir des aliments pour les animaux, dans la production primaire et remonter toute la filière jusqu’aux ménages, aux services de restauration et aux institutions. L’être humain contracte en général les salmonelloses en consommant des aliments contaminés d’origine animale (principalement des œufs, de la viande, de la volaille et du lait), mais aussi des crudités ous légumes souillés (concombres, salades…) ou de l’eau non traitée. Des cas associés aussi chez l’être humain lors des contacts avec des animaux infectés, notamment les animaux de compagnie. Souvent, ces animaux ne présentent aucun signe de maladie.

Quelle est la durée d’incubation ?

Le temps d’incubation est de 6 à 72 heures (généralement de 12 à 36 heures) après l’ingestion de salmonelles, et l’affection dure de 2 à 7 jours.

Quels sont les symptômes de la salmonellose ?

La salmonellose se caractérise normalement par :

  • une apparition brutale de fièvre,
  • dés douleurs abdominales,
  • de la épanoui,
  • des nausées et parfois des vomissements.

Les symptômes sont en général relativement bénins et, dans la majorité des cas, les patients guérissent sans traitement particulier. Dans certains cas cependant, notamment chez les très jeunes enfants et les personnes âgées, la déshydratation associée peut devenir grave et engager le pronostic vital.

Quelle est la cause de la salmonellose ?

La salmonellose est une infection toujours causée par l’ingestion de salmonelles, particulièrement la consommation d’aliments contaminés comme des œufs, les viandes rouges, les volailles, les fruits de mer…

Qui sont les personnes les plus à risque ?

La salmonellose peut toucher toute la population. Cependant, elle peut affectant plus gravement les bébésles jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes qui ont des problèmes de santé ou immunodéprimées.

Pour faire le diagnostic, l’indication d’un voyage récent dans des pays tropicaux ou ceux d’Afrique du Nord peut être évocatrice. On conseille de consulter de préférence le médecin traitant, un service d’urgence ou d’infectiologie.

  • Une prise de sang avec étude des marqueurs de l’infection retrouvée de façon presque toujours isolée une augmentation de la protéine C réactive (CRP). Une culture du sang, ou hémoculture, permet de retrouver le germe en cause.
  • La coproculture est la méthode la plus efficace pour diagnostiquer une salmonellose correspondante au type “gastro-entérite”.
  • Une sérologie encore effectuée sur prélèvement sanguin est également un argument notamment dans le cadre d’une salmonellose suspectée correspondante au type typhoïde ou paratyphoïde.

Les résultats de la sérologie suivante indiquent une infection récente ou ancienne :

  • Anticorps de type O : ils sont transférés vers le 8ième jour de la maladie et disparus en 2 à 3 mois. Si le titre est >100, ils témoignent d’une infection récente.
  • Anticorps de type H : ils s’affichent vers le 10-12e jour et persistent plusieurs années. Leur taux est plus important que celui des anticorps de type O à la période d’état.

La présence d’anticorps de type O, sans anticorps de type H signe une infection récente. Un taux élevé d’anticorps O et H montre une infection en cours. Une élévation isolée des anticorps de type H signifie une salmonellose très ancienne.

“Dans tous les cas, les salmonelloses reçoivent un avis médical. A fortiori, les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes demandent une prise en charge médicale rapide” indique le Dr Claire Lewandowski, spécialisée en médecine générale. Une antibiothérapie Systématiquement n’est pas recommandé contre les formes légères ou résistantes chez les sujets par ailleurs en bonne santé pour éviter de sélectionner des souches résistantes. Seuls les nourrissons, les personnes âgées, les femmes enceintes et les patients immunodéprimés peuvent avoir besoin de recevoir une antibiothérapie. On administre aussi des antimicrobiens si l’infection se propage des intestins à d’autres parties de l’organisme. Dans les cas les plus graves, un apport d’électrolytes (pour remplacer par exemple des ions sodium, potassium et chlorure, perdus suite aux vomissements et à la réduire) et une réhydratation intraveineuse sont prescrites au cours d’une hospitalisation.

Parallèlement, le le patient doit être isolé pour éviter la transmission et les proches doivent être dépistés et traités si besoin. Un contrôle des cultures sanguines est nécessaire en fin de traitement pour s’assurer de la guérison. En outre, la déclaration de la maladie à l’Agence régionale de santé est obligatoire.

• Remèdes naturels

Une décoction de Feuilles de Goyavier peut être utilisée comme remède naturel dans le traitement des symptômes gastro-intestinaux, à utiliser uniquement après l’accord de son médecin. La consommation de charbon actif végétal, de psyllium blond, ou de probiotiques peut aussi être utilisée en cas de prévention, tout comme l’homéopathie : Arsenicum album 15 CH, Phosphorus 15 CH et Veratrum album 7 CH.

• Aliments à privilégier et à éviter

Pour aider à rétablir le transit intestinal, il est conseillé d’éviter de consommer du lait, des légumes verts et des fruits, mais de privilégier le riz, le jambon, la viande, le poisson, les bananes, les pomme, le coing, ou les myrtilles et de boire de l’eau et des solutés de réhydratation.

Pour éviter d’être touché par la salmonelle, l’eau non traitée et les aliments douteux ne doivent pas être consommés, particulièrement dans les zones à risque. L’Institut de veille sanitaire, en France, les bonnes conditions de préparation et de conservation des aliments. Pour éviter une contamination, l’OMS conseille de :

  • S’assurer que les aliments sont convenablement cuits et encore chauds quand ils sont servis.
  • Éviter le lait cru et les produits à base de lait cru. Ne boire que du lait pasteurisé ou bouilli.
  • Éviter la glace au moins qu’elle n’ait été préparée à partir d’une eau sans risque sanitaire.
  • Lorsque la sécurité sanitaire d’une eau de boisson est sujette à caution, il faut la faire bouillir ou si cette opération est impossible, la désinfecter avec un agent désinfectant fiable à libération lente (habituellement disponible en pharmacie).
  • Se laver soigneusement et fréquemment les mains avec du savon, notamment après un contact avec des animaux d’élevage ou de compagnie ou après s’être rendu aux toilettes.
  • Laver avec soin les fruits et les légumes, en particulier s’ils sont destinés à être consommés crus. Dans la mesure du possible, les fruits et les légumes doivent être pelés.
  • Nettoyer régulièrement le réfrigérateur.
  • Les contacts entre nourrissons/jeunes enfants et animaux de compagnie (chats, chiens, tortues, etc.) passent une surveillance attentive. De plus, un vaccin préventif existe, qui protège contre certains de ces germes pendant trois ans. Il est préconisé en perspective de voyages dans certaines zones du monde.

Merci au Dr Claire Lewandowski pour sa validation médicale.

Leave a Comment