>

on en sait plus sur les facteurs génétiques de la maladie grâce à une étude menée à Lille

Mieux comprendre les causes de cette pathologie pour mieux la traiter. C’est l’objectif de cette étude qui révèle de nouveaux facteurs génétiques de la maladie.

Une avancée de taille dans les recherches sur l’Alzheimer. Une étude menée par un consortium international de chercheurs, au sein notamment de l’Institut Pasteur de Lille, révèle l’identification de 42 nouvelles gènes associées à cette maladie. Cette découverte gonfle l’espoir de trouver des traitements dans les prochaines années afin de lutter contre ce fléau qui touche, en France, environ 1.200.000 personnes.

“Dans le domaine de la génétique, ces avancées sont les plus importantes des dernières années sur la maladie d’Alzheimer”, affirme Jean-Charles Lambert, directeur de recherche à l’Inserm, qui a dirigé ces travaux.

Ces recherches ont permis d’identifier 75 gènes associés à cette pathologie, dont 42 sont nouveaux, n’ayant encore jamais été détectés. “Sur double notre connaissance sur la génétique d’Alzheimer, précise le chercheur. Après cette découverte, la suite de notre travail a consisté à caractériser ces régions du génome que nous avions protégés pour leur donner du sens par rapport à nos connaissances biologiques et cliniques, et donc mieux comprendre les mécanismes cellulaires et les processus pathologiques à l’œuvre .”

Ces résultats s’ouvrent de nouvelles pistes pour la recherche thérapeutique. “Il y a plusieurs voies à cibler, pour développer plusieurs traitements, indique Jean-Charles Lambert. La génétique montre qu’une approche monothérapeutique n’est pas envisageable, elle doit être polythérapeutique. Il n’y aura pas de médicament miracle, pas de traitement unique.”

Une de ces voies serait la réponse inflammatoire chez l’individu. “Il faut la contrôler et la bloquer au plus tôt”, explique-t-il. Bonne nouvelle, des essais cliniques sur le sujet existant déjà, ce qui pourra-être d’accélérer la mise au point d’un traitement adéquat.

Attention, l’émergence d’un traitement n’est pas pour tout de suite. “Il faudra entre 5 à 10 ans pour proposer des composants thérapeutiques testés en essais cliniques”, précise Jean-Charles Lambert.

Il ne faut pas se méprendre, l’Alzheimer n’est pas héréditaire. “Ce n’est pas parce qu’une personne de votre famille à la maladie que vous l’aurez, rappelle le chercheur de l’Inserm. Ce n’est pas une fatalité.” Cela dit, la composante génétique d’une personne peut contribuer aux prédispositions à développer la pathologie. “Elle représente 60 à 80 % du risque attribuable, le reste sont des facteurs de risque modifiables (diabète, obésité, alimentation, pratiques sportives).”

Pour affiner les réponses thérapeutiques, les chercheurs ont intégré un “score de risque génétique”. “Cela permet, en fonction du patrimoine génétique de l’individu, d’évaluer une probabilité que cette personne développe la maladie d’Alzheimer”, explique-t-il. Un outil à destination des professionnels pour accélérer les recherches sur les traitements à développer. “Le but du jeu n’est pas de faire du dépistage, mais lorsqu’un patient constate chez lui un des symptômes de l’Alzheimer, il pourra venir consulter.”

“Quand les thérapies seront disponibles, la question sera de savoir : quand il faudra-t-il donner ces thérapies et à quelles personnes”, interroge le chercheur. Dans ce contexte, en effet, le calcul du score génétique, permettra d’offrir la meilleure prise en charge thérapeutique.

A ce jour, seul un traitement (de type immunothérapie) existe pour lutter contre cette maladie : l’aducanumab. Cependant, ce dernier est contesté. S’il est autorisé aux Etats-Unis, il n’est pas reconnu par l’agence européenne des médicaments.

L’étude a été menée par des chercheurs et chercheuses de l’Inserm, de l’Institut Pasteur de Lille, du CHU de Lille et de l’Université de Lille au sein du laboratoire U1167 “facteurs de risque et déterminants moléculaires des maladies liées au vieillissement”, en collaboration avec un consortium international.

Jamais le groupe de patients Alzheimer n’a été aussi grand pour une étude concernant cette maladie : 111.326 cas ont été examinés à travers le monde, avec autant de témoins. Les résultats sont publiés dans la revue scientifique Génétique naturelle.

Leave a Comment