en métropole, recul de l’épidémie, anormalement tardive cette année

publié le mercredi 20 avril 2022 à 17h31

Comme la grippe circule encore en parallèle du Covid-19, Santé publique France réaffirme l’importance des gestes barrières et de la vaccination, notamment pour les plus à risque, les personnes âgées en tête.

Enfin un reflux. L’épidémie de grippe, anormalement tardive cette année pour la saison, est en baisse en métropole, y compris pour la première fois pour les décès, selon le bilan hebdomadaire de Santé publique France, publié ce mercredi 20 avril.

“Bien qu’en diminution, les indicateurs de la grippe étaient encore à des niveaux élevés marquant une circulation toujours intense des virus grippaux en parallèle du SARS-CoV-2″ la semaine écoulée, a observé observé l’agence sanitaire. En médecine de ville, comme à l’hôpital, la proportion des consultations ou des admissions pour grippe ou syndrome grippal à reculé.

Côté décès, “pour la première fois”, la partie liée à la grippe parmi l’ensemble des décès issus de la certification électronique a diminué. Ces décès concernaient majoritairement des personnes de 65 ans ou plus (85%) plus de 13 décès ont été attribués chez des moins de 15 ans. Comme la grippe circule encore en parallèle du Covid-19, Santé publique France réaffirme l’importance des gestes barrières et de la vaccination, notamment pour les plus à risque, les personnes âgées en tête.

Une immunité collective moins bonne ?

D’habitude, le pic de cette épidémie causée par les virus respiratoires influenza est atteint vers février. La reprise tardive de la grippe cette année peut être liée à une immunité collective moins bonne face à cette épidémie. L’hiver 2020-2021, les Français ont été moins infectés que d’ordinaire, car les mesures de confinement anti-Covid ont bloquer la circulation de bien d’autres virus. En outre, l’intensification des dernières semaines a très probablement été favorisée par l’allègement des mesures de lutte contre la pandémie, notamment la levée du masque obligatoire.

Un peu plus de la moitié seulement (environ 51,4%) des personnes à risque, les plus de 65 ans et les personnes vulnérables, a été vacciné contre la grippe, selon les estimations. Qui plus est, la vaccination anti-grippe a démarré il y a un peu plus de cinq mois, soulevant désormais des interrogations sur le niveau de protection.

Par ailleurs, le vaccin anti-grippe 2021-2022 semble d’une efficacité faible contre le virus A(H3N2), désormais largement majoritaire, selon des données préliminaires.

Leave a Comment