L’art de vivre à la japonaise : trouver sa raison d’être

« Seule l’activité te donnera envie de vivre cent ans », affirme un proverbe nippon. Les Japonais vivent non seulement vieux, mais aussi en bonne santé. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Japon occupe la première place pour l’espérance de vie en bonne santé : 74,1 ans en 2019 (72,1 ans pour la France). Quel est le secret de ce peuple ?

L’auteure, dont le père est anglais et la mère japonaise, explique qu’elle a vécu aux quatre coins du monde mais qu’elle est toujours revenue à ses racines japonaises.

« D’un naturel anxieux et prudent, j’ai découvert que je dispose de piliers sur lesquels m’appuyer pour m’aider à clarifier mes pensées, à me recentrer ou à persévérer dans l’épreuve. Ils ont toutes leurs racines dans mon héritage culturel japonais », explique-t-elle en introduction.

Elle s’est notamment beaucoup inspirée de son grand-père maternel qui a toujours veillé à se ménager des temps pour lui, et qui, comme de nombreux Japonais, a continué à avoir une activité après sa retraite.

L’un des concepts les plus intéressants repris dans ce livre est l’« ikigai ». Littéralement, ce terme se décompose en deux mots : « vie » et « valoir la peine ». Il est le plus souvent traduit par « raison d’être », ou encore ce qui nous anime et nous fait sortir du lit le matin.

Le concept d’« ikigai » est vraiment propre au Japon. Plusieurs facteurs expliquent la première place du pays quant à l’espérance de vie en bonne santé et l’espérance de vie tout court : 84,4 ans dans l’Archipel contre 83 ans en France (source Institut national d’études démographiques, INED , 2019). La génétique, le régime alimentaire, le mode de vie sont des éléments clés de la longévité japonaise. « Cependant si l’on demande à un Japonais qui sont selon lui les raisons de ce classement il citera certainement en premier son éthique professionnelle et un certain état d’esprit », souligne l’auteure.

Le concept d’« ikigai » viendrait de l’île japonaise d’Okinawa, réputé pour ses centenaires pratiquant de nombreuses activités en communauté comme la danse ou la gestion de potagers.

« D’après certaines études sur la longévité, la vie en communauté et le fait de posséder un ikigai clair sont aussi importants que le sain régime alimentaire japonais », observent Hector Garcia et Francesc Miralles dans leur livre Ikigai, le secret des Japonais pour une vie longue et heureuse (Poche, 2018).

Trouver sa raison d’être

Reste à trouver son « ikigai ». « Cette confiance s’acquiert au prix d’une longue introspection, d’échecs, de remises en cause, de doutes. Il s’agit avant tout d’être honnête avec soi-même, de réfléchir sur soi, d’observer ses propres comportements. (…) Qu’est-ce qui vous rend heureux ? Qu’est-ce qui est important pour vous ? En répondant à ces questions, au fil du temps, vous identifiez ce qui vous porte », explique l’auteure.

Elle relate sa démarche personnelle au début du livre. Elle explique notamment comment est né ce projet de livre et tout d’abord son blog. Elle vivait à Londres et traversait une période plutôt sombre de sa vie lorsqu’elle a commencé ce blog. Elle a pris son appareil photo et a commencé à illustrer sa vie : ce qu’elle mangeait, ce qui lui avait plu dans la journée, ce qui l’avait rendu heureuse. Elle s’est concentrée sur ce qui lui faisait du bien, partageant avec les autres ce qui la nourrissait et l’aidait à mûrir. Ainsi, comme elle, chacun peut-il trouver son « ikigai » naturellement, simplement en privilégiant ce qui fait du bien et en le partageant avec d’autres.

D’autres traditions spécifiques au Japon sont également reprises dans ce livre. Par exemple le « bain de forêt ».

« Le Japon abrite de splendides forêts, et les Japonais sont connus pour leurs jardins. Envisagez vos échappées en pleine nature de la même manière que vos apports quotidiens en fruits et légumes : c’est une forme de nourriture, de médecine, qui contrebalance vos journées bien remplies », suggère l’auteure. Elle propose en outre quelques conseils pour profiter de cette immersion. Par exemple couper son téléphone portable ou encore essayer d’identifier les plantes et les arbres. Les Japonais ont même des mots intraduisibles pour désigner les rayons du soleil filtrant à travers les feuilles des arbres, le vent froid de l’hiver ou le reflet de la lune sur une rivière…

Le bien-être à la japonaise est aussi fait de mille autres trouvailles aptes à rendre la vie plus agréable : les « onsen » (sources chaudes), la cérémonie du thé, ou encore l’organisation des maisons traditionnelles.

L’avantage de ce livre est aussi qu’il est divisé en courts chapitres détaillés chaque fois un aspect particulier des traditions nippones. Chacun pourra donc piocher comme il le souhaite dans une thématique ou une autre.

Leave a Comment