Une intensité aiguë d’origine inconnue touche des enfants en Europe

En France, deux enfants ont été hospitalisés, selon Santé publique France (©Illustration / Le Pays d’Auge)

Jaunisse, douleurs abdominales, vomissements, favorisés… En Europe, depuis début avril 2022, plusieurs dizaines d’enfants sont touchés par une nouvelle forme d’intensité sévère d’origine inconnue, alerte le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Les premiers cas ont été détectés au Royaume-Uni et d’autres ont été identifiés en Espagne, aux Pays-Bas, au Danemark et en Irlande. Au total, selon l’OMS, 74 contaminations ont été enregistrées pour des enfants âgés de moins de 10 ans, qui se décrit tous en bonne santé avant d’être contaminés.

Deux cas en France

En France, Santé publique France a enregistré deux cas d’hépatite d’origine inconnue, chez des enfants de 3 et 7 ans, au CHU de Lyon. Ils ont été résolus. « L’une des hépatites était d’origine virale, l’autre serait d’origine métabolique/génétique, avec des examens encore en cours d’analyse », a indiqué l’établissement à actu Lyon.

Pour le moment, « aucun lien évident avec les cas d’hépatites connus au Royaume-Uni » n’a été décelé.

Santé Publique France indique qu’à ce stade, « aucun excès de cas d’hépatite aigüe n’a été identifié dans cette population sur le territoire national » et précise que « les cas d’hépatite aiguë d’étiologie indéterminée chez l’enfant ne sont pas rares. »

Six enfants ont dû être greffés du foie

L’ECDC annonce son côté que des « enquêtes sont en cours dans tous les pays signalant des cas ». »

À l’heure actuelle, la cause exacte de l’hépatite chez ces enfants reste inconnue. L’équipe chargée des incidents au Royaume-Uni, où la plupart des cas sont survenus à ce jour, considère que la cause est très probablement infectieuse, d’après les caractéristiques cliniques et épidémiologiques.

Centre européen de prévention et de contrôle des maladies

Les enfants ont présenté des symptômes similaires aux autres types d’hépatites (jaunissement des yeux et de la peau, maux de ventre, vomissements, urine sombre…), et la plupart n’avaient pas de fièvre.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Néanmoins, quelques malades ont dû être hospitalisés dans des unités spécialisées et six ont dû recevoir une greffe du foie. « Aucun décès n’a été signalé », tempère toutefois l’OMS.

Lien avec le Covid-19 ou l’adénovirus ?

Les tests effectués en laboratoire ont exclu des hépatites virales de type A, B, C, D et E. Parmi les cas détectés, certains enfants étaient positifs au Covid-19, d’autres à des tests d’adénovirus (des virus qui provoquent des maladies comme la gastro-entérite, la pneumopathie ou encore la conjonctivite).

Aucun lien n’a encore été établi avec ces virus et l’infection hépatique, ni avec le vaccin contre le Sars-cov2. « Les informations détaillées concernant les biais d’un questionnaire sur les cas de la nourriture, les boissons et les habitudes personnelles n’ont permis d’identifier aucune exposition commune », souligne l’ECDC.

Ce phénomène reste donc pour l’heure inexpliqué.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Comment