>

Covid-19 : des recontaminations en seulement 20 jours… sommes-nous bien protégés contre le virus ?

l’essentiel
En Catalogne, des scientifiques affirment avoir détecté un cas de recontaminations de seulement 20 jours entre deux infections. Les chercheurs se sont penchés sur la question de l’immunité conférée par une première infection et par la vaccination.

C’est un phénomène qui est regardé avec beaucoup d’inquiétude par les scientifiques : celui des recontaminations au Covid-19. À l’heure où la variante BA.2, particulièrement contagieuse, représente 96 % des contaminations, des chercheurs se sont posé la question de la protection conférée par une contamination au virus et par la vaccination. Ce qui questionne, c’est le cas d’une femme de 31 ans qui, en Espagne, a été recontaminée par le virus seulement 20 jours après une première infection. Il s’agit là du temps le plus court entre jamais observé entre deux infections, depuis le début de la pandémie.

A lire aussi :
Omicron : “On pourrait être recontaminé potentiellement par le variant BA.2”, selon le ministre de la Santé Olivier Véran

Ce cas médical, qui sera présenté à la fin du mois d’avril, lors du Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses au Portugal, a été détecté en décembre dernier. La jeune femme avait d’abord été contaminée par le variant Delta, puis trois semaines plus tard, par le variant Omicron. Ce cas médical est d’autant plus étonnant que le trentenaire présentait un schéma de vaccination complet : cet Espagnol avait reçu son rappel vaccinal 12 jours avant d’être testé positif pour le virus en décembre 2021 grâce au programme d’écouvillonnage de routine de son travaux. La jeune femme s’est placée à l’isolement pendant 10 jours avant de reprendre le travail en janvier, et d’être recontaminée.

Quelle protection ?

“Ce cas met en évidence le potentiel d’Omicron pour échapper à l’immunité antérieure soit acquise à partir d’une infection naturelle par d’autres variants, soit à partir des vaccins, décrit le Dr Gemma Recio, de l’Institut Catala de la Salut. En d’autres termes, on ne peut plus affirmer qu’une personne qui a déjà été contaminée par le Covid-19 est protégée contre une réinfection au virus, même si elle a complété son schéma vaccinal.”

A lire aussi :
Covid-19 : vous l’avez déjà eu et vous craignez de l’attraper à nouveau ? On vous dit tout sur la réinfection

Le Dr Gemma Recio affirme cependant qu’une infection antérieure ou qu’une vaccination contre le virus “semblent protéger partiellement” contre le développement de formes graves de la maladie, notamment chez “les personnes contaminées par Omicron”. Pour la scientifique catalane, cela montre qu’il sera nécessaire de maintenir dans les mois qui viennent “une surveillance génomique des virus chez les personnes entièrement vaccinées qui font l’objet de réinfections”.

Une atténuation de la réponse immunitaire

En France, les cas de réinfections ne sont pas rares. Dans l’Hexagone, une étude publiée en mars dernier par Santé Publique France avait permis d’identifier 685 858 cas possibles de réinfection entre le 2 mars 2021 et le 20 mars 2022. Les cas de réinfections sont définis comme l’ensemble des personnes ayant présenté au moins deux tests positifs enregistrés dans la base de données effectuées à 60 jours d’intervalle ou plus. Le délai entre les deux épisodes d’infection était de 242 jours en moyenne selon les autorités.

A lire aussi :
Variante Omicron du Covid-19 : des symptômes moins sévères mais un taux de réinfection plus élevé selon l’OMS

“Il semble vraisemblable que l’atténuation de la réponse immunitaire post-infectieuse ou post-vaccinale au sein de la population française joue un rôle dans cette nette augmentation de la fréquence des cas possibles de réinfections, notamment chez les personnes n’ayant pas eu eu de dose de rappel du vaccin, avait alors commenté Santé Publique France. Il est également très probable que la très forte diffusion en France du variant Omicron, caractérisée par une transmissibilité accrue et un échappement immunitaire important, amplifie ce phénomène”

Leave a Comment