>

Entretien avec SODABI Basilia, Ingénieur nutritionniste : « Les groupes (…)

S’alimenter en fonction de son groupe sanguin est un sujet qui fait polémique depuis des années. A travers cette interview, Mme SODABI Basilia, spécialiste en nutrition, aborde ce régime alimentaire et donne quelques conseils pour une bonne alimentation.

Qu’est-ce qu’une alimentation ?

C’est le fait de se servir des aliments ou de la nourriture pour satisfaire ses besoins vitaux essentiels afin de mener une vie saine et active. Ce mode d’alimentation des populations dépend aussi de leurs origines cultuelles, culturelles, du milieu dans lequel elles vivent ainsi que de la disponibilité alimentaire.

Comment bien s’alimenter ?

Bien s’alimenter, c’est le fait d’adopter une alimentation variée, diversifiée et équilibrée. On parle d’alimentation diversifiée quand on prend au moins un groupe d’aliments chaque jour. Une alimentation variée est une alimentation qui est constituée d’au moins deux variétés de chaque groupe d’aliments. La notion d’équilibre alimentaire rapporte à la quantité que chaque macronutriment doit apporter dans la ration alimentaire. Ce dernier varie en fonction des paramètres anthropométriques, de l’état physiologique, de la présence ou non de pathologie, etc. Quand on parle aussi de bien s’alimenter, cela prend en compte aussi le respect des mesures hygiéno-diététiques. C’est-à-dire, réduire sa consommation de sucre et de sel, consommer au moins 5 fruits et légumes par jour, faire environ 30 minutes de marche rapide par jour.

Dans toute votre explication, je n’ai pas entendu parler de l’alimentation en fonction du groupe sanguin. Que pensez-vous de ce mode alimentaire ?

Le concept d’alimentation en fonction du groupe sanguin est un concept qui a été développé par un naturopathe. Pour lui, notre groupe sanguin atteste le mode alimentaire de nos grands-parents. Selon ce concept, le groupe sanguin doit définir le régime alimentaire à suivre pour une meilleure santé et éviter les maladies. C’est sur cette hypothèse que ces régimes ont été établis. Mais scientifiquement, le sujet n’a pas été approuvé. Il y a des études cliniques qui sont réalisées sur ces régimes basés sur le groupe sanguin et qui n’ont prouvé aucun bénéfice pour la santé de suivre un tel régime. Il y a d’autres études qui ont même démontré que les personnes qui suivent ces régimes sont à long terme sujettes à des risques de carences en certains nutriments. Donc, scientifiquement jusqu’à des preuves contraires, il n’y a pas de relation significative entre le groupe sanguin et le régime alimentaire. Les groupes sanguins n’ont pas d’influence sur le mode alimentaire des individus.

Est-ce que vous avez une fois fait usage de ce régime ?

Non. Je n’ai jamais fait recours à cela parce que ce n’est pas prouvé scientifiquement. C’est une hypothèse qui ne se repose que sur des croyances. Ces régimes sont assez très restrictifs et concernent parfois des points contradictoires. Par exemple, on dit que les personnes du groupe A ne doivent pas manger de la viande alors qu’au même moment on dit qu’ils peuvent prendre du poulet et de la dingue. Aussi, ces régimes ne fument pas en compte de l’existence de pathologies ou de tolérances alimentaires. Je pense que les personnes qui suivent ces régimes s’exposent à long terme à des risques d’un mauvais état de santé, ceux qui souffrent d’un mauvais état nutritionnel, de carences ou d’excès en certains nutriments qui sont responsables de beaucoup d’autres maladies.

Que conseillez-vous à ceux qui demeurent toujours dans ces ignorances ?

Quelque chose que soit ton groupe sanguin, l’essentiel est d’adopter un mode alimentaire sain. C’est-à-dire, respecter les mesures hygiéno-diététiques avec une alimentation saine et équilibrée en plus d’une activité physique afin de dépenser autant d’énergie qu’on ingère. En cas d’état pathologique, consultez les nutritionnistes qui en fonction de votre état pourront vous prodiguer un régime spécifique.

Votre mot de la fin !

Je dirai, en résumé, que les régimes en fonction du groupe sanguin ne sont pas encore prouvés scientifiquement. A voir le contenu, c’est des régimes assez restrictifs qui peuvent conduire les personnes qui suivent les carences et les états nutritionnels désaltérés. Je préconise une alimentation saine, équilibrée et variée en respectant les mesures hygiéno-diététiques. En cas de pathologies, rapprochez-vous des nutritionnistes pour une meilleure prise en charge.

Proposés par Paul Fandji (Cerf)

Leave a Comment