>

Ce nouveau syndrome terrible qui touche les yeux des personnes guéries du Covid-19

La variante Omicron de la COVID-19 fait toujours des ravages en France. Même s’il est moins mortel que ses prédécesseurs, ce variant est bien plus transmissible. Et il n’est pas sans symptômes ! Les chercheurs travaillent sans relâche pour détecter les effets de cette maladie sur l’homme. Et leur dernière découverte en date est des plus préoccupantes… L’équipe de rédaction Objeko vous dit tout dans cet article.

Covid-19 Omicron : ce syndrome s’attaque à vos yeux !

La variante Omicron est certes moins mortelle, il ne manque pas de symptômes plus ou moins graves sur le long terme. Ce dernier syndrome découvert fait partie des symptômes les plus préoccupants que l’on connaît à ce jour. Une nouvelle étude vient d’être publiée le 14 avril sur JAMA Network, qui est une plateforme de publications scientifiques. Des chercheurs de l’Université du Michigan aux États-Unis y mettent en évidence un rapport de cause à effet entre une infection à Omicron et une occlusion veineuse rétinienne. Pour faire simple, les symptômes sont comparables à un AVC de l’œil ». Cela peut entraîner une baisse de l’acuité visuelle, ou une pire perte de la vue dans certains cas. Ces symptômes apparaissent entre 2 et 26 semaines après l’infection.

Comme l’ont rapporté nos confrères de La Dépêche : « de nombreux patients qui ont constaté une dégradation partielle de leur vision, ont constaté un retour à la normale progressive. Pour celles et ceux qui ont souffert d’une perte totale de la vision d’un seuil, aucun traitement n’a été élaboré ».

Le problème avec ce symptôme d’Omicron est qu’il est souvent considéré comme secondaire, à l’inverse des troubles respiratoires. Ainsi, pour certains patients, il est parfois trop tard. Si vous êtes atteint par la COVID-19 et que votre vue baisse, ne tardez pas à prévenir votre médecin !

De nombreux autres symptômes

Cela fait longtemps que la variante Omicron circule dans le monde. Ainsi. Les chercheurs ont déjà mis à jour nombre de symptômes qui sont associés à la maladie. Ainsi. Une étude norvégienne a par exemple démontré que 72% des participants touchés par Omicron souffraient de maux de gorge. Une autre étude a également confirmé que la variante Omicron apparaît tout d’abord dans la salive, jusqu’à deux jours avant d’apparaître dans le nez.

Le docteur Moreno de l’université de Yale a toutefois déclaré que ces maux de gorge n’étaient généralement pas bénins. Il s’agit de mots de gorge très intenses, donnant la sensation d’avoir la gorge à vif.

Des études accélérées par l’hôpital John Hopkins Medicine sembleront également transférées que près de 20 % des patients contaminés par Omicron auront subi des hémorragies.

Cependant, ce symptôme très désagréable qui se produit aux toilettes n’attend en priorité que les personnes ayant un système immunitaire déjà affaibli.

Enfin, les personnes contaminées par le variant Omicron peuvent se retrouver à transpirer abondamment en pleine nuit, comme s’ils sont livrés tout juste de faire un effort physique intense. Il leur faut ainsi changer leurs vêtements de nuit et leur linge de lit tous les jours, le temps que les symptômes disparaissent. Fort heureusement, ceux-ci ne durent pas longtemps.

La variante Omicron est toujours présente dans la population.

La pandémie de COVID-19 a fêté récemment son deuxième anniversaire. Il s’agit d’une célébration dont on se serait bien passé. Et, avec la variante Omicron, il semblerait que la terrible maladie soit là pour rester…

Au début de la pandémie, le taux d’hospitalisation et de décès était très élevé. Cela a provoqué un très long confinement, et une hystérie générale. Après une période très stressante, la pandémie semble s’être calmée. Nous avons ainsi pu retrouver la liberté pendant une courte durée. Une seconde vague de contamination nous avait cependant tous renvoyés à l’intérieur. On se souvient tous du couvre-feu, qui avait très mal été accueilli par un peuple français à bout de nerf.

Le vaccin est ensuite arrivé, non sans polariser la population. Malgré tout, les vaccinations ont permis un beau recul de la maladie. C’était sans compter malheureusement sur l’arrivée de la variante Delta, qui a chamboulé la donne.

Le Pass sanitaire a été mis en place pour permettre aux personnes vaccinées de retrouver un semblant de vie normale dans cette période de doute. Et, bien entendu, récemment, c’est la variante Omicron qui fait parler de lui. Cette terrible variante venue d’Afrique du Sud est extrêmement plus contagieuse que les précédentes. Fort heureusement, ce variant Omicron est également bien moins mortel. Selon trois études réalisées au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, cette variante aurait des risques d’hospitalisation réduits de 30% à 80%. De plus, même pour les patients hospitalisés, le besoin d’oxygène serait moindre. Il se pourrait bien qu’il s’agisse de la dernière variante de la problématique. C’est en tout cas ce que l’on espère !


Leave a Comment