>

les 6 produits alimentaires les plus chers à cause de l’inflation

Ces derniers jours, le taux d’inflation (c’est-à-dire le taux d’augmentation des prix sur une période donnée) en France a atteint des records.

En effet, de nombreux biens de consommation courante, notamment des produits alimentairescontinue d’être touché par les problèmes de chaîne d’approvisionnement qui étaient déjà exacerbés par la crise de COVID-19, et plus récemment, par la guerre en Ukraine.

Inflation et hausse des prix : pâtes, pain, sucre…

Cette combinaison d’événements a fait monter en flèche le prix des denrées alimentaires dans les supermarchés à mesure que le prix des matières premières a augmenté.

Car en effet, le prix des aliments n’est pas uniquement touché par la hausse de l’inflation, il y a aussi des impacts subis par l’augmentation du prix du pétrole qui vient ajouter un fardeau financier aux distributeurs qui répercutent le coût sur les consommateurs.

Les pâtes

Les paquets de pâtes de 500 grammes vendus 1,94 euros au mois de novembre dernier coûtent aujourd’hui 2,25 euros, c’est-à-dire 13 % de plus.
Ce phénomène s’explique par le fait que le prix du blé qui compose les pâtes qui proviennent principalement de France ou du Canada s’est envolé l’été dernier à cause des mauvaises récoltes.

La douleur

En plus du tarif de la levure et de la farine qui augmente, l’inflation du prix des matières premières va aussi se répercuter dans le prix d’une baguette. En effet, cela oblige les boulangers à devoir augmenter les salaires l’an prochain, ce qui se répercute donc dans le prix final du pain. Cependant, d’après la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF), le pain ne devrait pas dépasser plus de 5 %.

Le café

Le Brésil un des principaux producteurs de café a dû faire face à une succession d’intempéries qui a subi les récoltes. Tandis que le Vietnam, plus également gros producteur de café est submergé à cause des restrictions sanitaires liées à une nouvelle vague de coronavirus. Ce qui signifie que le café risque d’augmenter ses prix de 5 et 10 %.

Le sucre

En effet, selon l’indice FAO des prix des produits alimentaires, le sucre a vu son cours s’intensifier de plus de 40% en un an.

Les huiles et les fruits

Ces aliments seront également touchés par une augmentation des prix au printemps/été à cause des mauvaises récoltes de l’été dernier.

La volaille

Avec l’augmentation du prix des céréales, principal aliment utilisé pour nourrir la volaille, les producteurs augmentent en parallèle le prix de cette viande blanche.

A lire également :

Leave a Comment