>

ces 3 habitudes alimentaires à adopter dès maintenant !

Avec l’âge, il faut veiller à adopter une alimentation adéquate aux nouveaux besoins du corps humain. Passé 50 ans, l’organisme fonctionne avec des nutriments spécifiques qui lui permettent de se maintenir en bonne santé. On vous dit tout !

Tout d’abord, la base, c’est de bien s’hydrater. Il faut donc veiller à boire avant d’avoir soif ! Le manque d’eau entraîne un manque d’énergie. Et cela dès nos 20 ans. Alors, au moment de la ménopause, il faut encore plus s’hydrater ! N’oubliez pas que nous sommes principalement fait d’eau ! La fatigue qui résulte de la déshydratation peut aggraver les symptômes de la ménopause. Il faut ainsi au minimum boire 1,5 litre d’eau par jour !

Par ailleurs, les femmes âgées envisagent de faire de l’ostéoporose. En effet, cette maladie osseuse devient plus fréquente avec l’âge. Le risque, c’est de faire des fractures plus facilement. Il faut donc protéger ses os en mangeant du calcium ! Source idéale de vitamine D et de calcium, le yaourt apporte à la fois vitamines et minéraux. Il renforce ainsi les os tout en contribuant au bon fonctionnement d’autres organes du corps. On peut citer par exemple les muscles, le cœur ou encore les nerfs. Si besoin, n’hésitez pas à vous supplémenter en vitamine D3. Il faut en effet compter 1 200 milligrammes de calcium par jour pour une femme de plus de 50 ans !

Les besoins spécifiques du corps vieillissant

Ensuite, l’autre problème les femmes qui vieillissent, c’est la prise de poids. Mais c’est un phénomène tout à fait normal. “Une des études les plus récentes* associe la transition ménopausique à une prise de poids de 2 à 2,5 kilos sur 3 ans, qui vient s’ajouter à celle, quasi équivalente, souvent survenue en période de préménopause.”, prévient en effet Dr Pierre Nys, endocrinologue et nutritionniste, dans le journal belge La Libre.

Et d’ajouter : “Selon cette même étude, on observe aussi une augmentation de l’adiposité abdominale et une diminution de la dépense énergétique qui, en plus d’empater la silhouette, constituant des facteurs favorables à de nombreux problèmes de santé (syndrome métabolique, hypercholestérolémie, hypertension, diabète…).”, précise-t-il ainsi.

Cependant, son confrère Raphaël Gruman, également diététicien et nutritionniste, note que d’autres enjeux entrent en compte. « D’abord, avec l’âge, on note une diminution progressive de la masse musculaire, grande consommatrice d’énergie. Cela accentue la réduction du métabolisme de base : on brûle naturellement moins de calories. »prévient en effet ce spécialiste.

Alimentaires : la prise de poids est normale ! Mais on peut décider d’y échapper…

Et c’est sans compter sur la modification de l’humeur ! « Il y a souvent un manque d’entraînement et d’enthousiasme, voire une tendance à la déprime qui peut favoriser une diminution de l’activité physique et une augmentation de la consommation de produits sucrés consolateurs. »constate pour sa part le Dr Nys.

« Pour prévenir la modification de la silhouette, il est recommandé de consommer des aliments les moins caloriques (pauvres en graisses saturées et en sucres simples) et plus de protéines pour favoriser la masse musculaire au profit de la masse grasse », terminer ainsi Raphaël Gruman.

Ainsi, en plus de l’eau et du calcium, il faut consommer des protéines maigres en grande quantité. Cela prévient la sarcopénie, c’est-à-dire la perte de masse musculaire. Viandes mais également protéines végétales doivent être privilégiées. Les lentilles constituent une excellente source, recommandée par les nutritionnistes. Par ailleurs, on peut décider de se supplémenter en vitamines B12. On en trouve dans les œufs, le lait, les viandes maigres, le poisson et les aliments enrichis comme les céréales et les grains. On a tendance en effet à ne pas contenir suffisamment de cette vitamine. Ou elle est incontournable pour le bon fonctionnement du cerveau. On espère que ces quelques conseils vous éclaireront. Mais attention : ils ne remplacent en aucun cas un avis médical.


Leave a Comment