>

Soudan. 160 personnes tuées dimanche dans des violences au Darfour

Au moins 160 personnes ont été tuées et plus de 40 autres blessées dimanche 24 avril 2022 dans des violences au Darfour, un des bilans les plus lourds dans cette région de l’ouest du Soudan ravagée depuis des décennies par la guerre, selon une ONG.

Ces violences ont commencé à Krink, à 80 km d’El-Geneina, la capitale du Darfour-Ouest, vendredi 22 avril, journée durant laquelle huit autres personnes avaient déjà été tuées, a précisé Adam Regal, porte-parole la Coordination générale pour réfugiés et déplacés du Darfour.

Un bilan qui risque de s’alourdir

Selon lui, le bilan risque de s’alourdir alors qu’on dénombre au moins 46 blessés.

Un dignitaire local de la tribu des Massalit a rapporté avoir vu des cadavres dans plusieurs villages du secteur de Krink, alors que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) exhortait les autorités à assurer le transport sécurisé des blessés vers les hôpitaux de la Région.

Selon la Coordination générale, les violences ont déclenché lorsque des combattants armés issus de tribus arabes ont attaqué des villages Massalit, une minorité ethnique africaine, en représailles à la mort jeudi de deux membres de leurs tribus.

Plusieurs épisodes de violence au cours des derniers mois

Des vidéos et des photos mises en ligne ont montré des colonnes de fumée noire s’échappant de maisons ainsi que des étendues de terre brûlée là où se dressaient auparavant des huttes traditionnelles incendiées.

L’authenticité de ces images n’a pu être vérifiée de source indépendante.

Des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines de maisons incendiées, selon l’Onu, lors de plusieurs épisodes de violence au Darfour ces derniers mois favorisés selon les experts par le vide sécuritaire créé par le putsch du général Abdel Fattah al-Burhane à Khartoum en octobre 2021.

Un pays englué dans le marasme politique et économique

La région a été ravagée par une guerre civile déclenchée en 2003 entre le régime à majorité arabe et les insurgés issus de minorités ethniques dénonçant des discriminations.

Environ 300 000 personnes sont mortes et près de 2,5 millions déplacées durant les premières années de violences, d’après l’Onu.

Sorti en 2019 de 30 années de dictature sous Omar el-Béchir, le Soudan est englué dans le marasme politique et économique depuis le coup d’État d’octobre.

D’ici la fin de l’année, selon l’Onu, 20 des 45 millions de Soudanais seront confrontés à l’insécurité alimentaire. Et les plus touchés du pays, l’un des plus pauvres au monde, sont les plus de 3,3 millions de déplacés, pratiquement tous installés au Darfour.

Soudan. 160 personnes tuées dimanche dans des violences au Darfour

Leave a Comment