>

manger ces organismes marins peut inverser les signes du vieillissement

  • Actualités
  • Publié ,


    Conférence 2 min.


    Une nouvelle étude suggère que la consommation d’ascidies – de petits animaux marins apparus il y a 500 millions d’années – réduirait les effets biologiques du vieillissement.

    Selon des chercheurs, compléter son régime alimentaire avec des ascidies, de petits organismes marins peuplant les océans, ralentirait le temps. Ils contiendraient en effet des “plasmalogènes”, qui pourraient se révéler précieuses pour la médecine régénérative.

    Les plasmalogènes ralentissaient le déclin cognitif

    Les chercheurs de l’Université Xi’an Jiaotong-Liverpool, de l’Université Stanford, de l’Université Jiao tong de Shanghai et de l’Académie chinoise des sciences de l’Université ont découvert récemment que les ascidies – consommées crues ou cuites – contient des “plasmalogènes”, des substances aux pouvoirs étonnants.

    Présentes dans l’organisme – en particulier dans le cœur, le cerveau et les cellules immunitaires, elles ont la particularité de diminuer au fil du temps. Cette perte est d’autant plus importante en cas de maladie neurodégénérative (Alzheimer, Parkinson…).

    Pour observer les effets anti-vieillissement des plasmalogènes sur l’organisme, les chercheurs ont décidé d’en intégrer dans le régime alimentaire des souris âgées.

    Ils ont alors découvert que les souris nourries avec le supplément de plasmalogène avaient plus de synapses (zones situées entre deux neurones qui se détériorent avec l’âge) que les souris âgées qui n’avaient pas reçu de suppléments. Elles étaient également plus performantes lors de tests pratiqués dans l’eau (labyrinthe d’eau Morris).

    Les souris âgées dopées au plasmalogène auraient ainsi montré de nouvelles aptitudes et compétences (apprentissage plus rapide, créativité) par rapport au groupe de souris témoins.

    Nos recherches effectuées que les plasmalogènes pourraient non seulement arrêter le déclin cognitif, mais aussi inverser les troubles cognitifs du cerveau vieillissant. Les souris âgées nourries avec des plasmalogènes ont également développé de nouveaux cheveux noirs plus épais et plus brillants que les souris âgées non nourries avec le supplément”révèle le professeur Lei Fu, auteur de l’étude.

    NON aux régimes, OUI à WW !

    Vers un nouveau traitement thérapeutique ?

    Autre point important : l’inflammation du cerveau chez les souris âgées a été réduite, ce qui explique leurs bons résultats en matière d’apprentissage et de mémorisation.

    Les plasmalogènes contribuaient ainsi à la croissance et au développement des neurones et des synapses dans le cerveau.

    Pour la première fois, nous montrons que les suppléments de plasmalogène pourraient être une stratégie d’intervention potentielle pour stopper la neurodégénérescence et favoriser la neurorégénération. La prise orale de plasmalogènes pourrait être une stratégie thérapeutique réalisable pour améliorer la fonction cognitive chez les personnes âgées”.

    Les ascidies pourraient donc soigner, à terme, nos organes malades ou endommagés en régénérant nos propres cellules.

    Certaines ascidies sont déjà consommées dans certains pays : en région méditerrannéenne sous le nom de “Figue de mer”, “Biju” ou “Violet”; en Amérique latine sous le nom de “piure” ou en Corée sous le nom de “mideodeok”.

    Leave a Comment