>

Manger est une science exacte à la Sha Wellness Clinic Alicante

La nutrition est l’un des piliers essentiels des spas médicaux. Ces temples du bien-être qui nous remettent d’aplomb le temps d’une cure santé. Les intestins, ce deuxième cerveau, sont particulièrement affectés par nos modes de vie citadins, hyperactifs, connectés en permanence, fragilisant ainsi notre pris et réponse immunitaire. Sha Wellness Clinic est aujourd’hui à la pointe du traitement de ces problématiques grâce à sa méthode de médecine intégrative. Implanté à Alicante en Espagne, l’établissement régulièrement primé nous partage sa recette du succès. Entretiens croisés.

L’alimentation est un pilier central des Medical spa. Comment Sha Wellness parvient-il à améliorer l’état du microbiote intestinal ainsi que les systèmes immunitaires, neuroendocriniens et émotionnels d’un point de vue intégratif ?

Mélanie Waxman, nutritionniste : Tous ces systèmes fonctionnent ensemble donc si vous aidez l’un, vous soutenez les autres. Tout ce qui ralentit l’organisme permet de faire passer le système nerveux en fonction parasympathique. Concrètement, le corps se détend ce qui bénéficie à la digestion, à la croissance, aux réserves énergétiques et à notre réponse immunitaire : l’ensemble des systèmes peut fonctionner à des niveaux optimaux. Marcher plus lentement, manger plus lentement, respirer lentement…favorisent cet état. Chez SHA Wellness, nous encourageons à manger lentement, en appréciant le goût, les textures et le parfum des aliments. Il s’agit de se détendre dans l’expérience culinaire. Notre régime alimentaire se base sur des aliments nourrissants et faciles à digérer (légumes, graines, algues, aliments fermentés, fruits à faible teneur en sucre…). Aussi, les repas sont programmés à une heure similaire chaque jour afin de maintenir le rythme naturel du corps.

La qualité et la variété de la nourriture sont également essentielles : fraîche, locale, sauvage, biologique, saisonnière, tout ceci concourent à améliorer l’état du microbiote intestinal. Il est également important d’éviter les stimulants comme le café, les additifs alimentaires, le sel de table, le sucre et les aliments inflammatoires tels que les glucides raffinés, les viandes transformées, le gluten et les graisses saturées.

Parlez-nous du pouvoir ‘auto-curatif’ de la cuisine macrobiotique.

MW : Tous les mets ont une qualité énergétique ainsi que des nutriments. Les aliments frais saisonniers et biologiques issus des champs et de la culture locale, ont une charge énergétique beaucoup plus élevée que ceux transformés en usine ou stockés pendant de longues périodes. Les repas lourds avec beaucoup de graisses, de viandes, de sucre, de sauces et d’assaisonnements sont stressants pour le corps. Lorsque le corps est stressé, il ne peut pas fonctionner de façon optimale. Le ralentit, la combustion des calories ralentit, la digestion devient lente et l’assimilation est compromise. Conséquence, le cerveau devient brumeux et le système immunitaire réprimé. Chez SHA, l’équilibre alimentaire et les portions mesurées encouragent à prendre conscience des ingrédients. Ce ‘manger sain’ augmente l’énergie, améliore la concentration et la clarté de l’esprit.

© Clinique de bien-être Sha

D’où vos séances de « Mindful eating », consistant à manger en pleine conscience…

Dre Cynthia Molina, Psychologue de la clinique : Cela signifie très simplement d’être vraiment ‘présent’ au moment de manger. Commenter ? En reprenant conscience des odeurs, des textures, du goût, de tout ce qui relève de l’acte de manger et des sensations physiques que nous recevons. Passer à table en pleine conscience peut nous aider extraordinairement à calmer son stress, être attentif – ici et maintenant – devant l’assiette favorisera une meilleure digestion, notre capacité à brûler les bonnes calories affectant notre poids. Cela permet en outre de distinguer si notre envie est justifiée par la faim métabolique ou émotionnelle. Il y a donc des effets réels sur les crises de boulimie par exemple. Manger en pleine conscience permet de se départir de ses habitudes nocives car utiliser à la nourriture comme élément compensatoire d’une crise émotionnelle ou d’un stress, est l’une des plus grosses erreurs que l’on peut commettre.

Chaque invité démarre la journée par une soupe miso au petit-déjeuner et, pour le coucher, il est invité à siroter une infusion à la pomme. Pourquoi ces deux rituels ? En quoi sont-ils si importants ?

Mélanie Waxman, nutritionniste : Miso signifie ‘source de goût’ en japonais. C’est un aliment complet et très nourrissant, revitalisant. Le miso contient un mélange équilibré de protéines, de vitamines, de minéraux, de graisses essentielles, de bactéries lactiques et d’enzymes vivantes. Il est idéal pour le petit-déjeuner car il stimule le renforcé et améliore l’énergie tout en renforçant la digestion, le système immunitaire et la circulation. Quant au jus de pomme kuzu, c’est en fait un thé unique qui aide à apaiser et détendre les muscles. C’est idéal en fin de journée pour se calmer et déstresser. Kuzu est une variété spéciale d’amidon, il n’a presque pas de goût et prend la saveur des ingrédients avec lesquels il est préparé.

Beaucoup expliquent que les problématiques alimentaires consomment avant toute leur source dans la mauvaise association d’aliments qui – selon les alimentés – va provoquer des inflammations, des dérèglements, une prise de poids, un vieillissement accéléré. Nous touchons à la génétique. Comment les progrès de la médecine éclairent-ils vos protocoles nutritionnels ?

MW : Chez SHA, nous suivons près les dernières recherches scientifiques. Nous les combinons avec les disciplines traditionnelles en gardant à l’esprit que nous sommes tous à la fois similaires et uniques. Si bien que ce qui fonctionne pour l’un d’entre nous, n’aura pas le même effet chez une autre personne. Le temps d’un séjour, nous encourageons les clients à écouter la sagesse du corps, à découvrir leur rythme naturel et à apprendre des protocoles scientifiques.


Passer à table en pleine conscience peut nous aider extraordinairement à calmer son stress. Etre attentif – ici et maintenant – devant l’assiette favorisera une meilleure digestion et notre capacité à brûler les bonnes calories. Cela permet en outre de distinguer si notre envie est justifiée par la faim métabolique ou émotionnelle


Dans un pays aussi épicurien que la France où la gastronomie est définie au rang de religion, comment garder la ligne sans frustration et sans encadrement ?

MW : D’abord, il est important de se rappeler que ce que vous faites chaque jour peut faire la différence. La clé d’un corps sain va de pair avec un esprit sain. Le corps ne fait jamais d’erreurs ou ne fait rien de mal, il répond simplement. Ne soyons pas dans l’auto-attaque par de mauvaises habitudes. S’aimer soi-même est la clé d’une gestion du poids saine. Nous avons plus haut évoqué l’importance de la qualité de l’alimentation et de l’équilibre des macronutriments (complexes de glucides, protéines et graisses essentielles). Il s’agit davantage d’éducation. Bien sûr, sachez lâcher prise, vous faites plaisir de temps en temps et le savourer !

Alejandro Bataller, Vice-président et membre de la famille fondatrice © Sha Wellness Clinic

Sha Wellness est très prisé des entrepreneurs. Quels sont leurs principaux objectifs ?

Alejandro Bataller, vice-président : Les entrepreneurs aspirent à vivre mieux et plus longtemps en profitant de la meilleure version d’eux-mêmes. Leur vitalité est très importante. Au-delà de ce public, nous attirons aussi des personnes d’horizons divers donnés par la variété de nos programmes (rebalance, détox, anti-âge, poids optimal). L’invité habituelle est une personne entre 30 et 50 ans, hommes et femmes, qui cherchent à dispenser son temps libre à évalué, s’améliorer jusqu’à atteindre un état de santé idéal tant d’un point de vue physique, mental et spirituel.


Pour aller plus longe :

Clinique de bien-être Sha

Carrer del Verderol 5

03581 L’Albir, Alicante

Espagne
Tél : (+34) 966 811 199

[email protected]

Leave a Comment