Qu’est-ce que c’est qu’une maladie auto-immune ?

Dans le domaine de la santé, on évoque des maladies auto-immunes. Le système immunitaire qui se met à attaquer l’organisme qu’il est censé protéger.

En France, plus de 5 millions de personnes en défendre. Les maladies auto-immunes vont du diabète de type 1 à la sclérose en plaques, en passant par le lupus, etc.

S’il est impossible de guérir d’une maladie auto-immune, vous pouvez toujours réduire les symptômes, voire les supprimer. Pour cela, il faut savoir l’identifier à temps. On vous donne tous les indices dans cet article.

Une maladie auto-immune, c’est quoi ?

Agrandissement de la photo d'une cellule attaquée par des anticorps

Une maladie auto-immune est une affection qui empêche le système immunitaire de distinguer vos propres cellules des cellules étrangères. L’organisme attaque alors celles qu’il ne devrait pas. Ce dysfonctionnement provoque une inflammation affectant de nombreuses parties du corps.

On dénombre plus de 100 maladies auto-immunes transmises comme chroniques. Parmi les plus courantes, on retrouve :

  • La polyarthrite rhumatoïde ;
  • La sclérose en plaques ;
  • Le diabète de type 1 ;
  • La maladie de Basedow ;
  • La maladie cœliaque et de Crohn ;
  • Le lupus.

Quelles sont les causes des maladies auto-immunes ?

Jusque-là, les chercheurs n’ont pas déterminé l’origine exacte de ce dysfonctionnement du système immunitaire. Certains facteurs sont définis comme favorisant l’apparition des maladies auto-immunes.

Les gênes

De nombreuses maladies auto-immunes sont héréditaires. Certaines familles présentent plusieurs types et peuvent être transmises d’une génération à une autre.

Vos parents ont développé le lupus ou la sclérose en plaques ? Vous êtes susceptible d’en souffrir également ou d’une autre maladie auto-immune.

Le sexe

En plus des gênes, le sexe crée une prédisposition à développer des maladies auto-immunes. Les femmes disposant d’une prévalence deux fois plus élevée que les hommes. Ces maladies représentent la cinquième cause de décès dans la population féminine.

En 2016, 4 femmes sur 1000 souffraient de la thyroïdite auto-immune contre 1 sur 1000 chez les hommes. Deux raisons expliquent cette situation.

  • Le chromosome X : les femmes en comptent un de plus que les hommes. C’est ce qui les expose à des mutations génétiques à l’origine des maladies auto-immunes.
  • Les variations hormonales : pendant la puberté, la grossesse et la ménopause, le niveau d’hormones est plus élevé et interagissent. C’est ce qui influence le système immunitaire.

Fumer la cigarette

Fumer la cigarette vous expose au risque de développer une maladie auto-immune.

Inhalateur de la fumée de cigarette provoquant des interactions complexes au niveau du système immunitaire :

  • Des réponses inflammatoires ;
  • La suppression immunitaire ;
  • La dérégulation des molécules contenues dans l’immunité ;
  • Le développement d’auto-anticorps qui attaquent les cellules de l’organisme.

Le lupus, la polyarthrite rhumatoïde et la sclérose en plaque font partie des maladies auto-immunes courantes chez les fumeurs.

L’obésité

L’obésité est associée à plus de dix maladies auto-immunes, notamment l’arthrite rhumatoïde et psoriasique.

En surpoids, vous augmentez la pression sur vos articulations. Le tissu adipeux s’accumule et crée un dysfonctionnement. On remarque une sécrétion anormale d’adipokines. Ces substances bioactives créent des inflammations et entravent le fonctionnement du système immunitaire.

Le stress

Si vous souffrez de stress chronique, vous avez 36 % de chances de développer 41 maladies auto-immunes. Parmi elles, on peut inclure :

  • La polyarthrite rhumatoïde ;
  • Le psoriasis ;
  • La maladie de Crohn ;
  • La maladie cœliaque.

Des parties du corps soumises au stress peuvent également entraîner des maladies auto-immunes comme le rhumatisme psoriasique. Par exemple, le talon d’un coureur est une zone où le muscle tire constamment sur l’os pour créer un mouvement.

Ce stress répété peut créer une lésion des tendons qui repose le muscle à l’os. Ce qui expose des tissus qui ne devraient normalement pas être en contact avec les cellules sanguines. Ces dernières tentent de guérir la blessure. Mais, une réponse immunitaire anormale provoque une inflammation des articulations et des tendons.

Des infections antérieures

Une exposition précoce à certaines infections augmente la susceptibilité aux maladies auto-immunes.

Le virus d’Epstein-Barr est associé au lupus, à la polyarthrite rhumatoïde et au syndrome de Sjögren. Les streptocoques du groupe A peuvent justifier le rhumatisme articulaire aigu et la cardiopathie rhumatismale.

Ces virus et bactéries activent certaines gènes qui ont un impact sur la capacité du système immunitaire à différencier les cellules.

La COVID-19 a été signalée comme déclenchant des cas de syndrome de Guillain-Barré, des antiphospholipides (SAPL) et de lupus.

Des médicaments

Certains médicaments pour la pression artérielle ou certains pourraient envisager un lupus ou l’hépatite auto-immune. D’autres, utilisés pour réduire le cholestérol, peuvent causer une myopathie.

5 indices pour repérer si vous avez une maladie auto-immune

Femme fatiguée allongée dans l'herbe la tête entre les bras.

Les maladies auto-immunes peuvent être difficiles à diagnostiquer. Plusieurs d’entre elles présentent les mêmes symptômes que des pathologies courantes.

Vous devez effectuer plusieurs tests ou une biopsie tissulaire pour savoir si vous souffrez d’une maladie auto-immune. Heureusement, il existe certains signaux à ne pas négliger.

  1. Des problèmes de peau

Si vous avez des antécédents de maladies auto-immunes dans votre famille, vous devez prêter attention à vos problèmes de peau. Suivez de prêt les éruptions cutanées inhabituelles et sans cause évidente comme les :

  • Rougeurs ;
  • Démangeaisons ;
  • Zones sensibles et tachetées.

Analysez également la sensibilité de votre peau au soleil. Un système immunitaire hyperactif peut entraîner ces signes. Sachez que le lupus est directement lié aux modifications de la texture et de la couleur de la peau.

  1. Un état de fatigue inexpliqué

La fatigue peut être la manifestation physique d’une anémie inflammatoire chronique. L’inflammation constitue un signe inquiétant d’une maladie auto-immune.

Si vous ressentez toujours de la fatigue mentale ou physique même après 8 ou 9 heures de sommeil, pensez à consulter votre médecin. La fatigue et le « brouillard cérébral » font partie des premiers signes d’une maladie auto-immune.

  1. Une fluctuation du poids

Une fluctuation de poids sans raison spécifique peut indiquer des problèmes avec le système immunitaire. Surtout, si elle apparaît en même temps que d’autres symptômes.

Certaines maladies auto-immunes sont associées à une perte de poids. D’autres peuvent entraîner une prise de poids. L’hypothyroïdie, par exemple, est liée à un ralentissement du accéléré qui peut se traduire par une prise de poids rapide.

Vous prenez du poids alors que votre régime alimentaire et votre activité physique sont restés les mêmes ? Un système immunitaire en dysfonctionnement peut en être la cause.

  1. Des douleurs musculaires et articulaires

Les douleurs musculaires et articulaires peuvent survenir si vous avez trop forcé pendant des exercices physiques. En dehors de ces situations, elles constituent un signe d’une maladie auto-immune. La polyarthrite rhumatoïde, par exemple.

Des douleurs dans tout le corps peuvent également être un signe précoce de la thyroïdite d’Hashimoto. C’est le résultat de l’attaque de la glande thyroïde par le système immunitaire.

Le lupus se caractérise aussi par des douleurs musculaires et articulaires en tant que premières manifestations de la maladie.

  1. Les problèmes digestifs

Des problèmes digestifs, ajoutés à d’autres symptômes de la liste, peuvent constituer une source d’inquiétude.

Les maladies auto-immunes sont connues pour affecter les intestins. Elles provoquent des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. C’est le résultat du système immunitaire qui cible la muqueuse intestinale.

La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse peuvent aussi contribuer à la désavantage, aux crampes, aux ballonnements et à l’inconfort.

Malgré qu’elles touchent de nombreuses personnes, les maladies auto-immunes peuvent être atteintes tardivement. N’hésitez pas à contacter un professionnel de santé lorsque vous remarquez ces signes.

Leave a Comment