>

Anick Dumontet se confie sur son équilibre travail-famille


Pour la 14e année, Anick Dumontet reprend la barre de Roue de fortune chez vous !, un mandat qui lui permet de conjuguer tous ses rôles et de privilégier la femme. Consciente de devoir prendre soin d’elle, l’animatrice a trouvé de belles manières de le faire, entre autres en suivant des cours de yoga et de ballet.

• À lire aussi : Le fils d’Anick Dumontet hospitalisé après un accident au hockey

Anick, tu es de retour à l’animation de Roue de fortune chez vous !
Ce sera ma 14e année, mais l’émission existe depuis maintenant 34 ans. C’est un très grand privilège de pouvoir faire cette émission depuis tout ce temps. Je n’aurais jamais imaginé poursuivre cette aventure aussi longtemps. J’aimerais bien me rendre jusqu’à 20 ans… Roue de fortune, nous voyons des gens des quatre coins du Québec, de tous les milieux, et ils vivent un moment de leur vie où le hasard pourrait les rendre millionnaires. La beauté de cette émission, c’est que tout le monde repart un peu plus riche, puisque le lot de départ est de 25 000 $.


Photo : © Collection personnelle

As-tu d’autres engagements en parallèle ?
Je suis impliquée auprès d’Opération Enfant Soleil depuis 20 ans. Je suis un des visages de Biosthétique, des produits de soins de beauté pour les cheveux et le visage. J’ai pensé toujours que j’allais être une fleur qui fleurit tardivement. Je viens tout juste, à 50 ans, de décrocher mon premier contrat de femme mature avec Neovadiol, une crème des Laboratoires Vichy pour les femmes en périménopause ou ménopausées. Pendant longtemps, les femmes ont été stigmatisées. On en parle de plus en plus et j’en suis heureuse. Pour certaines femmes, c’est une épreuve physique. Cette période impose une grande évolution sur le plan physique, mais aussi psychologique. Il faut être à l’aise d’en parler.


Photo : © Collection personnelle

À travers tous tes engagements, comment arrive-tu à prendre soin de toi ?
Je prends tellement soin de tout le monde que j’ai aussi besoin de me consacrer du temps ! Depuis plusieurs années, j’ai réalisé qu’il fallait que je le fasse et je le priorise. Ce n’est pas superficiel. Mon corps, c’est mon premier véhicule. On prend soin de sa maison, de sa voiture, mais il faut aussi prendre soin de son corps. Je bouge, je pratique des sports, je marche dans les bois près de chez nous. Prendre l’air, ça fait du bien ! Cette enveloppe, je l’aurai jusqu’à 100 ans ! Le mouvement apporte beaucoup de bien-être.


Photo : © Collection personnelle

• À lire aussi : Maïka Desnoyers et Étienne Boulay s’ouvrent sur leur conciliation travail-famille parfois compliquée

As-tu adopté un type particulier de régime alimentaire ?
Non, je ne suis pas rigide sur ce plan. La nourriture, c’est presque une célébration pour moi. J’aime mettre des aliments sains dans mon corps. Je choisis de bien manger pour me sentir bien. Et je prends soin de mon mental. Je dors bien, je fais le ménage de mes mauvaises pensées ou de ce qui pourrait m’angoisser. Durant cette deuxième année de pandémie, parce que les gyms étaient fermés, j’ai choisi de m’inscrire à la formation professorale en yoga au Centre Yoga Sangha.

Voudrais-tu enseigner un jour ?
Je pratique le yoga depuis plus de 20 ans et j’ai toujours eu envie de savoir pourquoi ça fait autant de bien. Au début, c’était plus par désir personnel de comprendre le yoga. Actuellement, je n’ai pas forcément envie d’enseigner, mais si je le faisais, je voudrais le faire auprès des aînés. Le yoga, ça peut-être simple et tout le monde peut s’y mettre. Beaucoup de personnes âgées sont stressées. Cela pourrait tellement les aider ! Je pourrais aussi enseigner aux enfants. Par ailleurs, je me suis remis au ballet classique à l’école Danse Jocelyne, à Saint-Bruno. Il ne faut pas avoir peur de retourner à ses amours de jeunesse, quel que soit l’âge. Pour bouger de façon régulière, il n’est pas nécessaire d’aller au gym : il faut se trouver une activité qu’on aime.


Photo : © Collection personnelle

Tu sembles avoir du temps pour tout : la femme, la mère, l’animatrice. Crois-tu avoir réussi à établir un bel équilibre entre vie professionnelle et vie privée ?
Efficacité. À cause de l’horaire de Roue de fortune, je suis un travailleur saisonnier. Je commence au printemps et je termine à l’automne. Au début, j’ai trouvé difficile d’être en pause durant l’hiver, mais j’ai rapidement réalisé que je pouvais me déposer pendant cette période. Je redeviens une mère encore plus présente à la maison. Ça me laisse du temps pour m’entraîner. Il y a toujours eu des gens autour de moi pour m’inciter à en faire plus sur le plan professionnel. Notre société nous incite à travailler constamment. Nous n’avons pas été éduqués à faire des pauses. Moi, j’aime mon rythme. Si je prenais un autre contrat durant l’hiver, je n’aurais plus le temps de vivre. Pendant la pandémie, les gens ont réalisé qu’avoir moins n’est pas un drame. Je vis très bien avec les contrats que j’ai. Pour trouver l’équilibre, il faut être en mesure de se dire que c’est assez. On en veut toujours plus et, au bout du compte, on n’a plus de temps pour autre chose que le travail. Ce n’est pas facile, mais il faut être capable de dire non à certaines choses.


Photo : © Collection personnelle

Roue de fortune chez vous !à la fin de Sucre salé les lundis, mardis et mercredis à 18 h 56 et à 23 h 02, à TVA, du 23 mai au 31 août. Elle animera aux côtés d’Annie Brocoli, Maxime Landry, Alain Dumas et Josée Lavigueur, entre autres, la 35e édition du Téléthon Opération Enfant Soleil le 5 juin prochain à TVA.

À VOIR AUSSI : 17 personnages féminins forts de la télé québécoise

Leave a Comment