>

Qu’est-ce que la dépression saisonnière ?

Cet épisode dépressif lié au changement de saison est le plus fréquemment observé en hiver.

Le Trouble Affectif Saisonnier (TAS) est beaucoup plus appelé dépression saisonnière. Il s’agit d’une forme de dépression liée aux changements de saison, et qui se produit au même moment chaque année.

Dans la grande majorité de cas, les symptômes apparaissent au début de l’automne et se maintiennent jusqu’au printemps. Mais une dépression survenant l’été est aussi tout à fait possible.

Définition de la dépression saisonnière

Le DSM, édité par l’Association Américaine de Psychiatrie et référence en matière de troubles mentaux et psychiatriques, la comme étant une dépression “non définie” mais aussi comme un type d’épisode dépressif survenant au cours du trouble bipolaire. Le caractère “saisonnier” est une « relation régulière temporelle entre la survenue d’épisodes dépressifs et une période particulière de l’année comme l’automne ou l’hiver ».

Un trouble variable selon la saison

La dépression hivernale

Ses signes s’effacent entre les moins de novembre en février, avant de disparaître au printemps. Les « dépressifs » saisonniers pointent vers un état d’esprit triste, un manque d’entraînement, une tendance à dormir davantage, à se réfugier dans une alimentation plus riche.

Mais aussi, un isolement social, une asthénie, ou encore des troubles cognitifs (troubles de l’attention, difficultés à prendre des décisions…), davantage de pensées mélancoliques.

La dépression estivale

Si son pic est atteint lors des mois de juillet et août, cette forme peut survenir dès le début de la période printanière. Les signes potentiels sont :

  • une prédominance de pensées suicidaires, morbides… ;
  • un individu en rupture d’avec ses émotions ;
  • une hyperactivité ;
  • des insomnies, réveils précoces, un sommeil agité ;
  • troubles de l’attention.

Comment prévenir la dépression saisonnière ?

Une réduction des symptômes peut être atteinte en suivant ces conseils simples :

  • suivre un régime alimentaire équilibré ;
  • ne pas rester seul, dans la mesure du possible ;
  • sortir et capter le plus de lumière possible (pour la dépression hivernale);
  • occulter la fenêtre de sa chambre le plus possible les nuits d’été ;
  • aérer l’intérieur de son logement le plus souvent possible.

Traitements de la dépression saisonnière

La luminothérapie (thérapie par la lumière) peut être un bon moyen de lutter, et plutôt économique, de lutter contre la dépression hivernale.

Dans certains cas, voici ce qu’il est possible de se voir prescrire :

  • des antidépresseurs voire des anxiolytiques si les symptômes sont importants ou associés à un trouble bipolaire ;
  • un suivi psychothérapeutique ou psychanalytique;
  • en cas de cas grave, une hospitalisation peut être affectée.

Leave a Comment