mort en Espagne et au Brésil de patients contaminés

Le ministère de la santé espagnol annonce le vendredi 29 juillet la mort d’une personne atteinte de la variole du singe. Cette mort est considérée comme le premier décès jamais enregistré en Europe d’un patient contaminé par cette maladie.

En Espagne, l’un des pays comptant le plus de cas dans le monde, 4 298 personnes ont été infectées et l’une d’entre elles est morte, a déclaré le Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires du ministère dans son rapport de vendredi, sans préciser ni la cause ni la date de ce décès.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Variole du singe : des malades racontent la douleur, les lésions de peau et la solitude

Un homme de 41 ans porteur de la variole du singe est mort au Brésil, le premier décès lié à la maladie hors d’Afrique et le sixième au total, ont annoncé vendredi les autorités locales. Un homme « Atteint de variole du singe qui était suivi à l’hôpital pour d’autres affections cliniques graves est mort jeudi »a déclaré le secrétariat à la santé de l’État brésilien de Minas Gerais (sud-est) dans un communiqué.

Le patient, qui, selon les médias locaux, avait de graves problèmes d’immunité, est mort à l’hôpital Eduardo de Menezes de Belo Horizonte, la capitale du Minas Gerais.

« La mortalité [liée à cette maladie] demeure très basse »

« Il est important de souligner qu’il avait des comorbidités graves, pour ne pas susciter de panique dans la population. La mortalité [liée à cette maladie] demeure très basse »a déclaré le secrétaire à la santé de Minas Gerais, Fabio Baccheretti, qui a expliqué que le patient suivait un traitement contre le cancer.

Selon le ministère de la santé, le Brésil a classé près de 1 000 cas de la variole du singe, la plupart dans les États de Sao Paulo et Rio de Janeiro, également situés dans le sud-est du pays. Le premier cas avait été détecté le 10 juin, chez un homme ayant voyagé en Europe. Les premiers symptômes de la maladie comprennent une forte fièvre, des ganglions lymphatiques gonflés et une éruption cutanée semblable à celle de la varicelle.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Variole du singe : les débuts poussifs de la vaccination

Samedi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a activé le plus haut niveau d’alerte, l’Urgence de santé publique de portée internationale (USPPI), pour renforcer la lutte contre la variole du singe. Selon l’OMS, plus de 18 000 cas de variole du singe ont été détectés dans le monde depuis le début de mai en dehors des zones endémiques en Afrique.

La maladie a été signalée dans 78 pays et 70 % des cas sont concentrés en Europe et 25 % dans les Amériques, a précisé mercredi le directeur de l’organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Environ 10 % des cas subissant une admission à l’hôpital pour tenter d’atténuer la douleur que connaissent les patients.

Le Monde avec AFP

Leave a Comment