Face à la canicule, voici LA boisson parfaitement écolo

CANICULE – S’hydrater, se faire plaisir, être écolo : les trois en même temps, c’est possible. Bien sûr l’eau est la meilleure élève des boissons écolos. Alors n’hésitez pas à boire régulièrement alors que le canicule s’abat sur l’Hexagone ce mercredi 10 août et met à rude épreuve nos organismes.

Mais vous êtes peut-être actuellement au bord d’une pisicine, à vous demander de quoi sera fait votre goûter ou votre apéro et vous vous dites qu’un breuvage plus goûtu serait une bonne idée… Avant de commander, Le HuffPost vous donnez la carte des pires consos pour la planète et un déniché pour vous une recette maison pour pimper le goût de l’eau.

L’alcool n’est pas du tout écolo…

Déjà, vous pouvez faire une croix sur l’alcool. Pour la santé, l’alcool est à consommer avec modération, et n’hydrate pas en période de fortes chaleurs. Et pour la santé de la planète, on ne peut pas dire que l’alcool soit vertueux. Mais s’il faut choisir, 1L de bière produit 1,5 kg de CO2 contre 6 kg de CO2 pour le vin ou le whisky, selon les chiffres d’une étude danoise parue en 2010. Donc la bière, au litre, a une empreinte climatique 4 fois inférieure à celle du vin et des alcools forts.

Ce qui coûte cher dans l’empreinte carbone du vin et de ces alcools, c’est le transport. Beaucoup sont importés. Mais aussi l’emballage. Même si le verre se recycle bien, celui des bouteilles d’alcool est très épais et lourd, ce qui beaucoup de CO2 lors de sa fabrication. Pour être plus écolo, vous pouvez acheter votre alcool en Cubi de plusieurs litres. Ce contenant en carton est plus léger que les bouteilles en verre traditionnelles et peut se conserver plusieurs semaines au réfrigérateur.

Il ne faut pas non plus oublier la quantité d’eau astronomique nécessaire pour la production de l’alcool. Selon l’organisme Réseau Empreinte Eau, un seul verre de vin nécessite l’utilisation de 109 L d’eau. Quant à la bière, avec une demi-pinte vous consommez… 75 L d’eau. Cette eau appelée « virtuelle » est celle liée à la production de l’alcool (irrigation des vignes, pressage et fermentation du raisin, brassage de la bière…).

Le café et le thé importés de l’autre bout du monde

On y pense moins en été, mais le café reste très consommé par les Français. Alors là, ce n’est pas terrible… Entre la déforestation et l’importation des régions tropicales où il est cultivé, le café a un lourd bagage environnemental.

Le thé, ce n’est pas beaucoup mieux… Il est aussi importé principalement d’Inde et de Chine. En plus, une enquête du magazine 60 millions de consommateurs publiée en février 2022 révèle que nos sachets de thé et de tisane sont régulièrement aspergés d’insecticides pour booster les rendements. Mais tous les thés ne se valent pas, les plus mauvais élèves sont les thés verts et du glyphosate (pesticide très décrié dont l’autorisation européenne expire le 15 décembre 2022, NDLR), a été trouvé dans certains sachets de thé noir et vert. Seules les infusions bios sont garanties « zéro pesticide »précise l’étude.

Les sodas trop gourmands en eau

Évitez aussi les sodas. Ces boissons sont très gourmandes en eau : 1 L de soda nécessite en moyenne 5 L d’eau pour sa fabrication. Plusieurs enquêtes journalistiques ont démontré que les usines de l’entreprise Coca assèchent les pays pauvres où elles s’implantent. La réalisatrice Julie Delettre relate dans un film datant de 2016 l’épuisement des ressources aquifères dans la région du Chiapas au Mexique : « Ils ont reçu l’autorisation de la Commission Nationale de l’Eau pour pomper 500 millions de litres d’eau par an ! Cela assèche les villages alentour, ceux raccordés au réseau n’ont plus rien au robinet et ceux habitués à vivre de l’eau des puits les voient se vider de plus en plus »dénonce-t-elle à Public Sénat.

Pour les jus, tout est une question de fruits…

Pas d’alcool, pas de café, pas de soda, alors qu’est-ce qu’on boit ? Des jus et des smoothies bien frais, mais pas avec n’importe quel fruit… Il faut savoir que les fruits et légumes c’est 44 % du trafic par avion des produits alimentaires. Les fruits les plus importés sont les bananes et les agrumes suivis des melons des fraises. Donc on évite ces fruits qui ont voyagé et on préfère les locaux et de saison.

En été, vous pouvez par exemple préparer un smoothie avec des pommes, des poires, avec quelques fraises si elles poussent près de chez vous. Pareil pour la limonade maison, si vous habitez dans une région du pourtour du bassin méditerranéen où les citronniers s’acclimatent bien dans les jardins. Privilégiez aussi les fruits et légumes bios, pour promouvoir une agriculture plus durable et limiter les résidus de pesticides sur vos fruits. Les boissons à base de fruits locaux, de saison, de préférence bio, c’est plutôt écolo, mais il y a encore mieux pour la planète.

Les infusions maison : LA recette écolo

Voici l’astuce la plus simple, la moins chère, et la plus verte pour pimper le goût de l’eau : ajouter des fruits dans le fond de sa carafe. Placez quelques lanières de carotte et tranches de pommes avec un peu de menthe dans une bouteille, versez de l’eau et mettez au frais. Une à deux heures plus tard : votre eau est aromatisée. Et la recette -testée par Le HuffPost- marche même avec une simple rondelle de concombre. Pour la planète, les meilleures recettes sont souvent les petites astuces maison !

À écouter aussi sur Le HuffPost : Il n’y a pas de bonnes raisons d’acheter votre eau en bouteille

Lire aussi :

Leave a Comment