Le chocolat noir est-il vraiment meilleur que le chocolat au lait ?

Entre le noir et le lait, faut-il vraiment en privilégier un plus qu’un autre ? Getty Images

Le carré de chocolat noir est réputé bon pour le cœur, le moral et contre le stress. Mais sa version au lait n’a-t-elle vraiment rien d’intéressant à montrer ? Le point avec deux spécialistes en nutrition.

S’il existe un sujet clivant à table – en dehors de la politique – c’est bien celui qui s’oppose au chocolat noir à sa version au lait. Certains apprécient la complexité amère du premier tandis que d’autres préfèrent le côté lisse, crémeux et plutôt sucré du deuxième. Si tous les goûts sont dans la nature, sur le volet santé, à quelle tablette peut-on se vouer, presque les yeux fermés ? Deux experts nous aident à trancher.

En vidéo, six bonnes raisons de manger du chocolat

Du bon cacao pour les artères…

Inutile de faire durer le suspense plus longtemps. C’est bien le chocolat noir qui remporte le match. Il doit avant tout cette victoire à sa richesse en cacao, entre 43% et 100% selon les références, contre 25 à 40% chez les versions au lait. Et comme le confirme le médecin nutritionniste Hafid Halhol, plus cette teneur est élevée dans la tablette, plus la qualité nutritionnelle augmentée et plus le consommateur retire des bienfaits sur son organisme.

À commencer par une action sur la bonne santé de nos artères. Le cacao contient en effet des antioxydants tels que les flavonoïdes, responsables de la diminution du mauvais cholestérol et de l’amélioration de la circulation sanguine, nous apprend le médecin.

Ces effets ont d’ailleurs été confirmés en 2008 par une étude américaine sur des personnes âgées sujettes à l’hypertension, qui ont été observées après 15 jours de consommation de chocolat noir, une chute significative de la pression artérielle, une meilleure dilatation des parois des vaisseaux sanguins et une diminution de l’insulino-résistance, rapporte Sarah Mony, diététicienne nutritionniste et experte référencée Programme national nutrition santé (PNNS).

…. Et le cerveau

D’après le spécialiste, lorsqu’il affiche a minima 75 % de cacao sur son étiquette, le chocolat noir apparaît également comme une source d’oligoéléments précieux. « On y trouve du phosphore, nécessaire à la formation osseuse et la contraction musculaire, du zinc et du cuivre, protecteurs pour le système immunitaire ou encore du manganèse pour lutter contre les méfaits des radicaux libres, liste Sarah Mony. Sans oublier, du magnésium, reconnu pour sa régulation de l’influx nerveux, de la fatigue et du stress.»

Et ses répercussions sur la santé mentale ne s’arrêtent pas là, puisque le cacao stimule l’action de deux neurotransmetteurs, ajoute la diététicienne nutritionniste. La sérotonine, aussi appelée «hormone du bien-être», et la phényléthylamine, une substance psychostimulante agissant sur notre cerveau comme un antidépresseur. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le chocolat donne lieu à des envies compulsives, indique Sarah Mony.

Comment réaliser une tablette de chocolat au riz soufflé

Deux pas carrés plus

Avant d’engloutir la tablette entière, dans leur livre Fake news santé(1), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale invite cependant à ne pas voir le chocolat comme un ingrédient miracle. Les auteurs rappellent ainsi que « tous ces différents composés sont présents en très faible quantité dans les tablettes (…), même dans le chocolat noir ».

En connaissance de cause, nos deux professionnels de santé encouragent efficacement la modération et procèdent en consommant 1 à 2 carrés par jour seulement, soit 30 à 40 g. En effet, le chocolat noir n’est pas seulement enrichi de cacao, il l’est aussi de beurre de cacao, un ingrédient riche en acides gras saturés, et de sucres. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le chocolat noir serait plus même gras et plus calorique que la version au lait (591 vs 537 kcal/100 g), comme le révèle la table de composition nutritionnelle des aliments du Ciqual de l’Anses.

Cela ne le rend toutefois pas moins sain, souligne le médecin Hafid Halhol. « Le chocolat noir et sa forte teneur en cacao apportent des fibres à l’organisme dont l’avantage est de limiter l’absorption du sucre et du gras. La tablette au lait n’en contient pas », informe le docteur.

Comment réaliser une sauce au chocolat qui ne figure pas

Le chocolat noir apporte des fibres à l’organisme dont l’avantage est de limiter l’absorption du sucre et du gras

Hafid Halhol, médecin nutritionniste

Haro sur les sucres ajoutés

Faut-il bannir le carré de chocolat au lait de notre pause de 16 heures ? Pas nécessairement. Selon la diététicienne nutritionniste Sarah Mony, seuls les diabétiques, les intolérants au lactose et à la caséine (sucre et protéine du lait, NDLR) devrait s’en détourner. Pour les autres, le spécialiste considère qu’il ne faut pas diaboliser le produit. Il reste « un plaisir gustatif parmi d’autres, et son lait renfermé du calcium, essentiel à la santé osseuse ».

Mais là aussi, on évitera d’avaler plus de deux carrés. «Il doit encore plus être consommé dans le cadre d’une alimentation équilibrée car il contient parfois des sucres ajoutés, des édulcorants mais aussi des sucres naturels contenus dans le lactose. Or si l’on en consomme trop dans la journée, ces derniers sont stockés en excès dans le foie et transformés en triglycérides, ce qui peut engendrer une prise de poids.» La fontaine à chocolat n’est peut-être pas une si bonne idée finalement.

(1) Fake news santépar Laurianne Geffroy et Léa Surugue, en partenariat avec l’Inserm, publié aux éditions Cherche Midi, 269 pages, 14 euros.

La recette de l’œuf de Pâques avec le chocolatier A la Mère de Famille

.

Leave a Comment