“Peau sucrée” : pourquoi les moustiques piquent-ils certaines personnes plus que d’autres ?

Peau sucrée, groupe sanguin, transpiration… Les moustiques semblent apprécier piquer certaines personnes plus que d’autres. Explications.

Pendant que certaines personnes sont couvertes de boutons de moustique, d’autres ressortent de l’été sans une seule piqûre. Comment expliquer la préférence de ces insectes volants pour un individu et pas son voisin ? Les raisons, d’après le portail d’information sur le moustique tigre, sont variées.

Des “peaux à moustique” ?

Il n’est pas question de peau pour le moustique. Il s’agit plutôt de mécanismes physiologiques, variante d’une personne à l’autre. Selon la quantité de CO2 que vous dégagez, le sexe, les vêtements et votre odeur corporelle (notamment liés à l’alimentation).

Les moustiques aiment l’odeur de la sueur. C’est pourquoi, lorsque vous faites du sport ou qu’il fait particulièrement chaud, vous serez plus enclins à vous faire piquer. Doctissimo, se basant sur des travaux publiés sur la plateforme springer Link, explique que l’acide lactiqueun composé naturellement produit par le muscle lors d’un exercice physique, est attirant pour le moustique. La chaleur du corps attire également ces insectes volants.

Ainsi, “les personnes malades produisent également plus de chaleur du fait que la température du corps produit plus de chaleur lorsqu’il lutte contre une infection”, ce qui porte davantage le moustique, d’après Moustique-Tigre-Info.

Les femmes enceintes plus enclines à se faire piquer

Les moustiques sont définies par le CO2, molécule que produit en plus grande quantité une femme enceinte. Le dioxyde de carbone est davantage présent, également, chez une personne dont la masse corporelle est plus élevée, car la surface de production de la molécule est plus élevée.

Gare aux piqûres si vous êtes du groupe sanguin A ou O

En 2004, des scientifiques constatent dans la revue Journal of Medical Entomology que les personnes appartenant aux groupes sanguins A et O étaient plus susceptibles de se faire piquer par les moustiques que celles du groupe B.

Enfin, les moustiques détectent le danger, d’après une étude récente, et piqueraient moins volontiers les personnes qui tentent de les chasser, d’après Moustique-Tigre-Info. Les chercheurs de l’Université de Washington, de l’Université de Californie et de l’Institut de technologie de Californie ont découvert que la dopamine, un neurotransmetteur, était à l’origine de ce phénomène chez ces insectes. Ils se souviendront de votre odeur, et essaieront moins de vous piquer.

Leave a Comment