>

la Haute Autorité de santé donne son autorisation à trois vaccins adaptés au variant Omicron

La Haute Autorité de santé (HAS) a annoncé dans un communiqué, mardi 20 septembre, avoir donné son autorisation à l’utilisation de trois vaccins contre le Covid-19 adapté au variant Omicron pour la nouvelle campagne de vaccination de rappel prévue à l’ automne et Couplée à celle contre la grippe.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Covid-19 : que peut-on espérer des nouveaux vaccins adaptés à Omicron ?

Cette nouvelle dose de rappel sera préconisée pour les personnes à risque de forme sévère, leur entourage et les soignants. La HAS recommande « indifféremment l’un des trois vaccins bivalents » – deux inventés par Pfizer-BioNTech, le troisième par Moderna – validés récemment par l’Agence européenne des médicaments.

« Sur la base des données disponibles et dans un contexte épidémique marqué par la circulation majoritaire du sous-variant BA.5 »la HAS recommande d’employeur « de préférence » l’un de ces vaccins, tous à ARN messager, pour une nouvelle dose de rappel automatique. Cette recommandation s’entend quel que soit le vaccin anti-Covid déjà administré à la personne.

Des vaccins actualisés tous les ans

« A l’image des vaccins contre la grippe saisonnière, actualisés chaque année pour prendre en compte les virus qui sont les plus susceptibles de circulaire pendant l’hiver, les vaccins à ARNm bivalents ne sont pas des nouveaux vaccins mais des vaccins adaptés aux souches circulantes »souligne la HAS dans son communiqué.

Il s’agit des vaccins de Moderna et de Pfizer-BioNTech ciblant la souche originale du virus et le variant BA.1 d’Omicron, et du vaccin de Pfizer-BioNTech ciblant la souche originale et les sous-variants BA.4 et BA .5 d’Omicron.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Covid-19 : en France, une reprise épidémique annonce la huitième vague

La HAS a parallèlement sa recommandation de coupler la campagne de rappel vaccinal contre le Covid-19 à celle de vaccination contre la grippe, qui démarrea le 18 octobre. Une injection concomitante ou le même jour des deux vaccins est possible, rappelle-t-elle.

« Dans l’immédiat et parce que le nombre de cas d’infections est reparti à la hausse depuis quelques jours », cette autorité sanitaire recommande de ne pas différer la deuxième dose de rappel chez les plus de 60 ans et les moins de 60 ans à risque de forme sévère qui ne l’aurait pas reçue dans les délais conseillés. Elle rappelle l’efficacité des vaccins actuels (monovalents) contre les formes sévères du Covid-19.

Le Monde avec AFP

Leave a Comment