“On est vraiment sur une recommandation de port du masque”

La reprise épidémique du Covid en Côte-d’Or se confirme, tous les indicateurs sont en hausse. Faut-il s’en inquiéter ? Qui est le plus touché ? Faut-il remettre le masque ? On est ce lundi 26 septembre avec Aline Guibelin, déléguée départementale de l’Agence régionale de santé en Côte-d’Or.

Quelle est la situation en Côte-d’Or au moment où l’on parle ? Est-ce que le nombre de contaminations revient aussi à la hausse chez nous ?

Aline Guibelin : Oui, on est sur une transmise qui n’est pas extrêmement positive. On est aux prémices de cette huitième vague. Cela veut dire qu’il y a de plus en plus de gens qui ont le Covid, c’est, ce qu’on appelle le taux d’incidence qui a presque doublé en une dizaine de jours. Et puis, il y a le taux de positivité aussi. Quand je fais un test, quel est le pourcentage de gens qui ont un résultat positif ? On est à presque 25 % actuellement, notamment chez les plus jeunes, on le voit avec la rentrée universitaire et scolaire. Le virus circule donc simplifié et on est dans une phase de propagation, au début d’une nouvelle vague.

Est-ce que cela veut dire que les personnes hospitalisées sont les personnes âgées ? Ce sont elles les premières supportées par ce virus ?

Ce seront elles prochainement. Aujourd’hui, on a la chance de ne pas encore avoir d’impact sur les hôpitaux et les cliniques. On a surtout un virus qui est chez les plus jeunes, avec moins de pathologies associées. Les seniors seront impactés un peu plus tard, par leurs petits-enfants, aux vacances de la Toussaint. On sait que mathématiquement, on aura des gens qui vont finir à l’hôpital parce qu’on a toujours des cas de forme grave, mais aujourd’hui, on va dire que l’hôpital reste préservé. Par contre, on a la possibilité de gérer cette non-salle aux urgences, dans les hôpitaux, dans les services Covid, et c’est ce qu’on appelle la prévention.

On est pris dans la double tenaille de la rentrée des classes, et puis du retour de l’automne. Donc on est plus à l’intérieur. C’est ça qui crée cette nouvelle vague ?

Oui aussi. Parce que vous savez les gestes barrières, on les répète à l’envie. Il faut continuer à se laver les mains. Il faut continuer à mettre le masque quand on est face aux personnes fragiles, c’est important. Si vous rendez visite à quelqu’un, à vos grands-parents ou à des gens qui sont immunodéprimés, concrètement, il faut porter un masque pour les protéger de ce que vous êtes susceptibles de leur donner comme maladie, Covid ou bronchite, à vrai terrible. Mais on peut aussi travailler sur l’aération et c’est un peu plus compliqué, j’en ai conscience, avec l’arrivée de l’automne et des températures plus fraîches. Il faut ouvrir les fenêtres, il faut porter le masque quand on a des gens fragiles, mais aussi dans les espaces clos, donc dans les transports en commun, c’est quand même une bonne chose. Il faut aussi continuer à se tester quand on est symptomatique.

Est-ce qu’on peut parler de reprise épidémique vraiment forte ?

C’est compliqué d’avoir une vision prédictive. Mais à ce stade, on est sur un début d’augmentation qui est forte, qui est exponentielle. Je ne sais pas si on montera aussi haut que la dernière fois, où on était allés jusqu’à 1100 d’incidence, c’est beaucoup. Là, on est à 400. Ça peut aller très vite, d’ici une semaine on peut être à 900. Donc on ne sait pas exactement où on va, comme à chaque fois, et c’est pour ça qu’il faut essayer d’être responsable individuellement pour essayer de contingenter tout ça. On est toujours sur Omicron et ses variantes, le BA.1 et le BA.5. On commence à avoir des vaccins qui s’appellent “bivalents”, qui sont adaptés à ces sous-variants. Si vous avez plus de 60 ans, si vous êtes une femme enceinte, si vous êtes un professionnel de santé, si vous êtes dans l’entourage d’une personne immunodéprimées ou si vous êtes vous-même immunodéprimés, allez faire ce rappel de vaccin . Aujourd’hui seulement 30 % de la population l’a fait sur les plus de 60 ans. On voit qu’il y a quand même une marche à franchiser qui est importante. Je rappelle que le vaccin est efficace contre les formes graves et c’est ce qu’on veut, éviter d’avoir un Covid lourd qui vous emmène à l’hôpital pendant de longues semaines.

Est-ce qu’il faut remettre le masque dans les transports publics, quand on va se promener en ville ? Est-ce que c’est quelque chose que vous encouragez ?

Oui, on est vraiment sur une recommandation de port du masque. Après, on peut avoir une vision différente. Si vous faites une randonnée ou une balade en centre ville à l’extérieur, ce n’est pas les mêmes conditions que si vous êtes au cinéma, en espace clos. Le masque, c’est vraiment un moyen efficace, sûr et simple.

Leave a Comment