un “risque sérieux d’épidémie” face au “relâchement des gestes barrières”, craint Alain Fischer

publié le mercredi 28 septembre 2022 à 16h49

“Pendant deux ans, la grippe s’est tenue à distance, grâce aux mesures barrière que l’on a mises en place contre le Covid”, analyse le professeur Alain Fischer dans le Parisien ce mercredi 28 septembre, estimant que “cette année, on aura du mal à maintenir un même niveau de protection” et craignant donc un “risque sérieux d’épidémie de grippe”.

Les masques sont tombés, pour le plus grand bonheur des virus. Le professeur Alain Fischer, qui a exécuté le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, a alerté ce mercredi 28 septembre dans les colonnes du parisienne sur le retour en force de la grippe.

“Pendentif deux ans, la grippe s’est tenue à distance, grâce aux mesures barrière que l’on a mises en place contre le Covid.

Cette année, on aura du mal à maintenir un même niveau de protection : masques, distanciation, lavage des mains intensif…”, a analysé le professeur d’immunologie, craignant, “face à ce relâchement”, à un “risque sérieux d’épidémie de grippe”.

Deux campagnes de vaccination

Le Covid reste lui aussi une menace à prendre au sérieux. “Nous ne sommes pas à l’abri de l’émergence d’un nouveau variant, plus virulent. Ou, une cohabitation Covid-grippe, cela n’a rien de satisfaisant. C’est synonyme d’un nombre très élevé d’hospitalisations”, met en garde l’ex “monsieur vaccin” du gouvernement, justifiant ainsi “l’objectif de deux campagnes de vaccination fortes — Covid et grippe — notamment pour les plus fragiles.”

Il encourage, notamment les plus fragiles, à se protéger rapidement. “Se dire que l’on fera son rappel Covid quand le vaccin antigrippal sera là est une erreur. Il ne faut pas retarder le Covid. Moins de 40 % des personnes susceptibles d’avoir reçu leur 4e dose : c’est trop peu”, estime Alain Fischer. “Il est tout à fait possible de recevoir son injection Covid début octobre et la grippe fin octobre ! Il faudra de toute façon les deux”, précise-t-il. “Il va falloir remobiliser une population qui en a ras le bol des infections et des vaccins”, conclu Alain Fischer.

La campagne de rappel anti-Covid dès le 3 octobre

Mardi, le ministre de la Santé François Braun a annoncé que la campagne de rappel anti-Covid avec les nouveaux vaccins adaptés à Omicron démarrera le 3 octobre, une fois que la France en aura reçu les premières doses. Le nouveau rappel anti-Covid, “ce n’est pas pour toute la population : la Haute autorité de santé a été claire et continue de dire de vacciner les populations ciblées”, a rappelé le ministre. Mais, at-il précisé, “si vous souhaitez vous faire vacciner, vous pouvez vous faire vacciner”.

La dose supplémentaire de vaccin est recommandée aux personnes à risque de forme grave de la maladie (60 ans et plus, immunodéprimés et leur entourage, femmes enceintes, enfants et adolescents à haut risque) et aux professionnels des secteurs sanitaire et médico-social.

Leave a Comment