La pollution de l’air augmente le risque d’AVC, de maladies cardiovasculaires et de décès

La pollution de l’air pèse sur la santé humaine. Une nouvelle étude, publiée le 28 septembre dans la revue américaine Neurologie par Fei Tian, ​​de l’université Sun-Yat-sen à Canton (Chine), et ses collègues confirment que l’exposition à un air pollué, notamment aux particules fines PM2,5 – de diamètre inférieur à 2,5 micromètres (µm ) –, augmente le risque de subir un accident vasculaire cérébral (AVC). Mais elle se révèle aussi, de façon inédite, que le fait de respirer une atmosphère polluée, en particulier par du dioxyde d’azote (NO2), augmente le risque pour les personnes ayant fait un AVC de développer par la suite une maladie cardiovasculaire.

C’est sur un effectif important que les chercheurs ont travaillé : près de 320 000 personnes âgées de 40 à 69 ans enrôlées dans la UK Biobank. Cette vaste cohorte britannique, dont les données sont facilement accessibles, est idéale pour « permettre aux chercheurs d’identifier les facteurs de risque de beaucoup de maladies complexes survenant à un âge moyen ou avancé »souligne l’un des coauteurs de l’étude, Hualiang Lin.

Près de 6 000 participants à l’étude

Les chercheurs se sont donc imposés à l’évolution, pendant douze ans en moyenne, des participants de la cohorte sans antécédents d’AVC, de cardiopathies liées à des problèmes vasculaires ou de cancer, et pour lesquels des données d’exposition aux polluants atmosphériques étaient disponibles. Au total, 5 967 ont subi un AVC, dont environ la moitié (2 985) ont par la suite développé une maladie cardiovasculaire (insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde, arythmie ou encore maladie coronarienne). Parmi ces derniers, 1 020 sont morts au cours de la période de suivi.

Quel est le rôle de la pollution de l’air vis-à-vis de ces pathologies et de ces morts ? Pour le savoir, les chercheurs ont observé la concentration annuelle en particules fines (PM2,5 et PM10), en NO2 ou encore en oxydes d’azote (NOx) aux abords du lieu de résidence des participants au début du suivi.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La pollution est responsable de 9 millions de morts chaque année dans le monde

Sur cette base, et après avoir tenu compte d’une série de facteurs de confusion – notamment, consommation d’alcool, indice de masse corporelle (IMC) et pratique d’une activité physique –, les chercheurs ont calculé que le risque de survenait d’un AVC augmentait de 24 % pour chaque hausse de 5 μg de PM2,5 par mètre cube d’air. Un effet plus modeste mais significatif était aussi observé pour le NO2avec un risque d’AVC augmenté de 2 % pour chaque hausse de 5 μg/m3.

Le risque de mourir sans avoir subi d’AVC était lui aussi augmenté, de l’ordre de 30 % pour chaque hausse de 5 μg/m3 de PM2,5, et de 3 % pour chaque hausse de 5 μg/m3 NON2.

Il vous reste 52,99% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment