traque de l’ADN tumoral, cellules CART-T… quelles sont ces techniques prometteuses pour éviter les récidives ?

Le cancer du sein reste le cancer le plus fréquent en France, et il est aussi le plus mortel pour les femmes. Deux femmes sur dix rechutent dans les dix ans qui suivent le diagnostic d’un cancer du sein. Alors qu’Octobre rose, la campagne de sensibilisation et de dépistage du cancer du sein, démarre samedi 1er octobre, direction l’Institut Curie. Dans le premier centre européen de prise en charge des cancers du sein, de nouvelles techniques prometteuses sont développées.

TÉMOIGNAGES >> Des femmes racontent comment elles ont retrouvé leur féminité après un cancer du sein : “Mon combat a été d’essayer de ne pas subir”

Elles ont déjà révolutionné les traitements contre les cancers du sang, les cellules CAR-T, les cellules tueuses de tumeurs, sont utilisées en immunothérapie pour booster le système immunitaire des malades, cela fonctionne très bien pour les leucémies, par exemple. À l’institut Curie, des essais cliniques ont démarré pour appliquer cette technique aux cancers du sein. “On va en fait modifier les cellules immunitaires du patient pour cibler les cellules cancéreuses, c’est ce qu’on appelle entre nous les CAR-T cellsexplique Alain Puisieux, directeur de recherche à l’institut Curie. Et on va essayer d’optimiser la survie, l’efficacité, de ces cellules CART-T pour agir notamment contre les tumeurs hématopoïétiques [un groupe de cancers qui proviennent des globules blancs]car c’est essentiellement dans ce contexte là qu’on les utilise, mais aussi dans les tumeurs solides, dont les cancers du sein.”

Une autre technique révolutionnaire est testée en laboratoire : il s’agit cette fois de s’attaquer à la capacité d’adaptation des cellules cancéreuses. L’un des chercheurs de l’institut Curie a découvert que les cellules tumorales adoraient le fer, qu’elles s’en servaient pour résister aux traitements et être plus agressives, il a donc mis au point une molécule qui bloque ce processus. “Le fer est essentiel à la vie en particulier de toute évidence pour l’hémoglobine. Par exemple quand on a une anémie [une baisse anormale du taux d’hémoglobine dans le sang] sur donne du ferdécrypte Manuel Rodriguez, oncologue médical à l’institut Curie. Les cellules tumorales savent exploiter ce fer pour des mécanismes de résistance, pour des mécanismes de survie, comme les cellules tumorales savent aussi exploiter le sucre. Nous, ce qui est très important, c’est de comprendre comment elles utilisent le fer de façon perverse, de façon inappropriée, pour aller toucher à ce niveau-là la cellule tumorale.”

La surveillance est essentielle après un cancer du sein, alors pour décélérer une récidive, il existe une technique toute nouvelle : la traque de l’ADN tumoral, une simple prise de sang permet de repérer des cellules cancéreuses, alors pour l’instant on ne peut faire ce type de prise de sang que dans certains hôpitaux et dans les centres anticancéreux.

Leave a Comment