La poire un fruit qui vous veut du bien

Rafraîchissantes, sucrées, juteuses, parfumées, fondantes, fruitées, petites, ventrues, teintées de rouge, gorgées de vitamines et de minéraux… Les poires sont savoureuses, qu’on les déguste à la croque », à travers la douceur d’un dessert ou d’une recette salée.

Les poires conjuguent au pluriel leurs recettes gourmandes, qu’on les dévore natures, crues, en compote, en tarte, en crumble, en gâteaux, en confiture… Elles se combinent avec maestria au chocolat, aux noisettes, aux noix, aux amandes, à la menthe, à la verveine, à la sauge, aux épices (vanille, cannelle, girofle…), au miel… Elles accompagnent aussi bien le foie gras que les fromages de chèvre, roquefort, cantal, bleu), ou encore les salades d ‘hiver (mâche…), les charcuteries, la volaille, certains abats rognons) ou les mets sucrés-salés… En utilisant un déshydrateur, on peut aussi en faire sécher des lamelles que l’on conserve ensuite dans des pots fermés. Bref, la poire se savoure de multiples façons !

QUELS SONT LES ATOUTS SANTE DE LA POIRE ?

• Une protection cardiovasculaire. La poire contient de nombreux antioxydants comme le carotène, la vitamine E, et les flavonoïdes (dont la quercétine). Une étude parue dans Stroke en 2011 montre que manger chaque jour une poire permet de réduire le risque d’accident cardiovasculaire de 45 %, à condition, bien sûr, d’avoir une alimentation équilibrée.

• La diminution de l’acide urique. La poire est riche en potassium (130 mg/100 g) et en tanins. Or, l’association du potassium et des tanins favorise l’élimination de l’acide urique dans les urines, sa surproduction étant à l’origine de la crise de goutte. Elle permet aussi d’atténuer les rhumatismes et l’arthrite.

ATTENTION, TOUTEFOIS…

• La poire contient du sorbitol qui peut provoquer des gaz et des ballonnements si on en ingère plus de 10 g par jour, soit l’équivalent de deux poires et demi à éviter si l’on souffre du syndrome du côlon irritable). Quant au fructose, il peut entraîner des apports au-dessus de 50 g par jour, soit cinq poires.

• Si vous souffrez d’allergies au pollenvous pouvez également ressentir des picots au niveau de la bouche, des lèvres, et de la gorge si vous la consommez crue.

• Pour profiter de tous les bienfaits de la poire, il est préférable de la consommer avec la peau, mais cela implique de la choisir bio. En effet, la poire est très contaminée par les pesticides (tout comme la pomme, notamment).

COMMENT BIEN CHOISIR SES POIRES ?

Pour un maximum de saveurs, la poire que vous croquerez sera lisse et ferme, sans traces de chocs ou de meurtrissures, et le pédoncule sera bien attaché au fruit. Si elle est mûre, elle sera consommée dans les 48h au maximum. Il est également possible d’acheter un fruit un peu « vert », et de poursuivre sa maturation à température ambiante dans la corbeille à fruits… Mais placez-les à distance des pommes, des coings, des avocats et des bananes, qui accélèrent sa maturation et les font devenir blettes…

QUELQUES VALEURS SÛRES

La poire williams est parfumée et fondante, mais ne se conserve pas. Elle se consomme vite ou se transforme en poire au sirop.

La poire beurré hardy est parfumée, moins fondante que la williams, et se conserve une à deux semaines.

La poire conférence est ferme et croquante. D’abord dure, elle devient fondante au fil du temps.

La poire comique, avec sa chair blanche, juteuse et fondante, est parfumée et sucrée. Elle mûrit quelques semaines avant d’être dégustée.

DÉCLINAISONS AUTOUR DE LA POIRE

Avec un clou de girofle : cette épice délicate, aux vertus antibactérienne et antiinflammatoire, accompagne délicatement une poire pochée ou en compote.

Avec du miel : riche en antioxydants, surtout en flavonoïdes, le miel sucré et caramélisé la poire gratinée…

Avec une salade frisée : cette salade, qui favorise la digestion, se marie avec la poire pour une entrée sucrée-salée, à laquelle on peut ajouter des dés de jambon cru.

À l’orientale : assaisonnez la poire de paprika, de coriandre et de cumin, et passez-la au four.

À l’antillaise : faites cuire la poire avec du gingembre râpé, du poivre vert et de la coriandre fraîche.

À l’indienne : ajoutés à la poire du cari, de la menthe, de la ciboule, des grains de coriandre et du piment haché.

UN FRUIT MINCEUR ET SANTE

Peu calorique (50kcal/100g), la poire contient près de 85% d’eau, ce qui contribue à la bonne hydratation de notre organisme. Riche en fibres, en vitamines B, C et Ken provitamine UN, en cuivre et en potassium, elle se compose également de sucres (fructose et sorbitol), d’acide folique et d’acides organiques. Elle constitue aussi une bonne source de vitamine C : une poire moyenne contient près de 10 % des apports quotidiens conseillés. Elle possède en outre des vertus diurétiques, dépuratives et déconstipantes.

COMMENT FABRIQUER DE L’EAU DE VIE A LA POIRE ?

Il suffit d’enfermer une poire à peine formée, encore évoquée à sa branche d’arbre, dans une carafe à col étroit, et de la laisser pousser dans cette mini serre tout au long de l’été. L’idéal est de choisir un fruit situé à l’extrémité d’un rameau et poussant vers le haut. La carafe sera alors suspendue à l’envers dans l’arbre. Quand la poire sera mûre, elle sera cueillie dans sa carafe que l’on remplira d’un alcool ou d’une eau-de-vie. On la laissera ensuite vieillir pendant un à deux mois dans la carafe close avant de la déguster.

Virginie Stassen


Leave a Comment