l’UE a approuvé un traitement préventif contre la maladie

Ce traitement par anticorps de synthèse fournit directement à l’organisme les armes pour lutter contre la maladie, contrairement à un vaccin, qui permet à l’organisme de développer lui-même ces anticorps.

Article rédigé par

Publié

Mis à jour

Temps de lecture : 1 minute.

L’Union européenne (UE) a approuvé un traitement préventif de la bronchiolite, au moment où une forte épidémie frappe plusieurs pays, dont la France, ont annoncé vendredi 4 novembre les groupes AstraZeneca et Sanofi, qui développent ce médicament. La Commission européenne a approuvé ce traitement, le nirsevimab, “pour la prévention des infections par le virus respiratoire syncytial (VRS) chez le nourrisson”a detaillé le groupe français Sanofi.

Le nirsevimab, vendu sous le nom de Beyfortus, n’est pas à proprement parler un vaccin, mais fonctionne avec une même intention préventive : administré en une piqûre, il vise à prévenir la survenue de la bronchiolite. Il s’agit d’un traitement par anticorps de synthèse, qui fournit directement à l’organisme les armes pour lutter contre la maladie. Par contraste, un vaccin permet à l’organisme de développer lui-même ces anticorps.

L’approbation de ce traitement marque une première importante dans la lutte contre la bronchiolite, même s’il ne sera pas distribué assez vite pour influer sur l’épidémie de cette saison. “Beyfortus sera disponible pour la prochaine saison – 2023 – de bronchiolite”, a précisé Sanofi à l’AFP. C’est le premier médicament à être en mesure d’empêcher les formes graves de bronchiolite chez l’ensemble des bébés. Un autre traitement préventif, également produit par le groupe suédo-britannique AstraZeneca, existe déjà, mais il n’est indiqué que pour les enfants à risques ou prématurés.

>> “On soigne mal les enfants” : l’épidémie de bronchiolite illustre la crise qui secoue les services pédiatriques hospitaliers

La bronchiolite est une maladie qui frappe surtout les bébés et qui, même si elle est généralement sans gravité, provoque des symptômes souvent spectaculaires et nécessite parfois une hospitalisation. Pour l’heure, il n’existe pas de vaccin contre cette maladie qui est actuellement à l’origine d’une épidémie d’une ampleur sans précédent depuis plusieurs années en France et dans d’autres pays européens.

Leave a Comment