Pour l’Académie nationale de médecine, “le masque redevient nécessaire”

Les épidémies saisonnières de grippe, de bronchiolite mais aussi la vague actuelle de cas de Covid sont à l’origine de cette recommandation.

L’Académie nationale de médecine Redoute que les co-infections, à l’approche de l’hiver, finissent par avoir des réactions sur les services hospitaliers.

L’institution se base sur un triple constat sanitaire : “la huitième vague de Covid-19 (qui) semble se stabiliser à un niveau élevé“, mais aussi “la perspective d’une épidémie de grippe saisonnière précoce” et “la bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans (qui) est passée en phase épidémique sur l’ensemble du territoire”.

La recommandation de l’Académie de médecine

Ainsi, l’Académie recommande « le port d’un masque de type chirurgical dans les hôpitaux, les dispensaires, les centres de soins et les pharmacies, et dans les espaces fermés accueillant du public, tels que les transports en commun en période d’affluence ».

Le retour du masque FFP2 serait aussi souhaitable « dans les espaces publics clos pour les personnes âgées ou porteuses de comorbidités, pour l’entourage et les professionnels de santé qui sont en contact avec des personnes vulnérables et pour les femmes enceintes, même quand elles sont à jour dans leurs vaccinations ».

Masque : pas de caractère obligatoire

Dans son communiqué, l’Académie de médecine ajoute que la « possibilité de double infection, exposant les personnes vulnérables aux formes les plus sévères et les services hospitaliers au risque de saturation, doit être pris en considération pour la saison 2022-2023 ».

Cependant, l’institution estime que la situation sanitaire ne justifie pas une obligation de ce port du masque, mais une recommandation.

Des gestes barrières en berne

Il faut dire qu’après deux saisons hivernales avec une faible circulation des virus respiratoires comme ceux de la grippe et de la bronchiolite, la prudence est de mise.

Pourquoi ? L’institution rappelle :

Au cours de la saison 2020-2021, aucune circulation active des virus grippaux n’a été constatée, la stricte application des gestes barrière, notamment le port du masque et le lavage des mains, ayant entraîné une diminution spectaculaire de l’incidence des infections grippales, des gastro-entérites et des bronchiolites.

Incitant à un retour plus strict de ces gestes-barrières, l’Académie souhaite aussi “un rappel énergétique des recommandations vaccinales”. Ils sont responsables d’associer les doses de rappel contre le Covid-19 et la vaccination contre la grippe.

Leave a Comment