Alimentation : voici pourquoi le chocolat que vous achetez est de plus en plus amer

Publicités

Avec un café ou pas, le carré de chocolat est une tradition. Or, en analysant les ventes de tablettes, un drôle de constat apparaît !

Le chocolat amer a le vent en poupe !

Que ce soit à Pâques ou durant les fêtes de fin d’année, le chocolat est la étoile des rayons. Présents sous forme de papillotes ou bien cachés dans les calendriers de l’avent, les morceaux de cacao nous jouent de sacrés tours. Et pour cause, en plus de la texture qui évolue, la saveur est régulièrement étudiée pour combler les becs sucrés.

Malgré la polémique autour de la marque Kinder, force est de constater que les clients n’en tiennent pas (trop) rigueur au fabricant. Après réception, le responsable du magasin les met à côté de la caisse. D’expérience, il est certain que les nouveautés partiront rapidement. Pourtant, en analysant la composition, Objeko se rend compte que quelque chose a choisi ne tourne pas rond. Pour une fois, ce n’est pas une question d’inflation !

Quand de célèbres fabricants de chocolat revoient leurs copies

Pour les experts en alimentation, la recette du chocolat est simple. Plus il y a de cacao, moins il y a de sucre. Par contre, niveau amertume, ce n’est pas la même. Au siège du mythique Milka, on fait appel à des panneaux de gourmands. Le verdict est sans appel. Ces derniers doivent avoir un « goût plus intense et allégé. Résultat des courses, les équipes rivalisent d’ingéniosité pour les satisfaire.

Du côté de Mars, on décide de réduire la portion des barres au chocolat. Forcément, les calories sont en chute libre ! Dans l’espace de 15 ans, les céréales pour enfants Chocapique ont moitié moins de glucides qu’avant. Est-ce que ces deux exemples sont suffisants pour vous convaincre ? La réponse, Objeko vous la donne tout de suite !

Le sucre, le grand absent de notre routine alimentaire !

Toujours, les médecins disent qu’un carré de chocolat peut réduire l’anxiété. Après une dure journée de travail, le fameux magnésium nous apporte tout le réconfort nécessaire. Hélas, après l’huile de palme, le sucre est dans le collimateur des associations de consommateurs. Pour vous donner une vague idée, on va utiliser la métaphore de ce publicitaire. Si à 40 ans on ne possédait pas de Rolex, on a loupé sa carrière. Et bien d’autres diront que si on apprécie toujours cette épice, on n’a pas de goût ou encore pire, pas mûri !

Après avoir interrogé des pédiatres, on réalise ce paradoxe. « L’amer est rejeté par les bébés. Ou, il se développe avec l’âge (…) » Une fois adulte, si on le cherche dans le chocolat, c’est un phénomène normal. « Il est signe d’un palais fin, qui a saisit bien les choses complexes ». Autrement dit, pour ceux qui ont quelques kilos en trop, notre passion pour le sucre est censée réduire !

Versez autant, Objeko vous invitez à ne pas culpabiliser plus que ça. En effet, manger un peu de chocolat n’a jamais tué personne, bien au contraire. À la prochaine bouchée, pensez à nous et savourez-la comme elle le mérite !

Publicités

Leave a Comment