notre top des bûches préférées à la rédac’

A la rédac’, c’est comme à la maison. Si, c’est vrai. A la team des méga gourmands : « oh yeahhhh, une bûche pour le goûter ! » (genre moi) et sur les supra sceptiques de la bûche et du sucre en général : « vous ne m’en ferez pas goûter une cette année ! » (oui Jojo, c’est de toi dont je parle). Et pourtant, cette année précisément, on s’est tous et toutes prêts au jeu de la bûche de Noël et la rédac’ famille s’est réunie pour des pauses cafés-bûches d’exception sur tout le mois de novembre. Des avis unanimes ? Ce serait mal nous connaître.

Il y a eu des coups de cœur, des « waouh » la bouche pleine et des « oh trop intéressant celle-là mais est-ce que j’aime vraiment ? ». Qu’on se le dise, tous les becs sucrés et édulcorés de Grazia ont adoré ces bûches de Noël idéales en note sucrée pour le soir du réveillon. Ces desserts de haut vol pensaient bien d’impressionner toute la galerie le 24 au soir et même belle-maman (ou tata Jackie autoproclamée critique culinaire, question de famille). Et si toute la famille à la maison ne moufte pas un mot au moment du dessert, mission bûche réussie, pas vrai ?

La bûche de Sébastien Gaudard : florale et parfumée

C’est notre petite chouchoute fétiche à la rédac’. La bûche Néroli nous a fait voyager en Orient et a rempli tous les cœurs. « Ultra florale et parfumée » pour Pierre-Guillaume, « gourmande, twistée comme il faut et les noisettes qui restent en bouche… On adore. » pour Magali, « aérienne, généreuse et pepsy en même temps » pour moi. A chacun son petit avis mais ce qu’il reste de la bûche, ce ne sont que des souvenirs gourmands et ce parfum iconique de fleur d’oranger qui a séduit toutes les âmes gourmandes de l’open space !

A tous les invétérés des traditions culinaires de Noël, cette bûche fera chavirer votre cœur de grand enfant puisqu’elle met sur des saveurs réconfortantes qui résonnent fort dans nos cuisines au moment des fêtes de fin d’année. Les parfums du macaron noisette et de la crème à la vanille fondent en bouche et c’est magique. Et si vous aussi vous raffolez de ces pâtisseries orientales et exotiques qui se font de l’orange, du jasmin et de la fleur d’oranger, foncez ! Quand on la touche du bout des lèvres, on se croirait parti très loin en escapade méditerranéenne au fur et à mesure que ces saveurs d’Orient chatouillent nos papilles.

Etat des lieux : il n’y a plus de bûches, nos bidons sont remplis d’amour et on vous la recommande à 2000%.

La bûche Néroli : biscuit macaron noisette roulé délicatement imbibé d’eau de fleur d’oranger, crème à la vanille Madagascar, zestes d’orange, fèves de Tonka et pointe de Jasmin.

La bûche Ladurée : douce et enveloppante comme un nuage

Sur un choix la bûche Reine Saint Honoré. Et à l’image de son nom mignon, son goût est royalement divin. « Elle est tellement douce qu’on est tentée de la manger trop vite. » de Magali. Attention, quand la vanille se fait reine du crémeux coulant à la coque craquante en bouche, on a presque tous eu cette envie addictive de « reviens-y » tellement c’était aérien et intense tout à la fois. L’écrin le plus design que j’ai jamais vu ? Quasi. La Reine Saint Honoré s’érige la façon de 6 macarons géants avec une pluie de paillettes argentées pour parfaire le tout. Et si vous avez une famille, comme nous avons une rédac’, qui se divise cruellement entre team choco et team dessert fruité, la douceur de la vanille est LE parfait entre-deux pour ravir petits et grands le 24 au soir.

La Reine Saint Honoré : fond croustillant aux éclats de feuilletage caramélisé, biscuit fondant pâte à choux, crémeux à la vanille torréfiée et sucre muscovado, caramel au beurre demi-sel coulant, crème légère à la vanille de Madagascar, fine coque de chocolat vanillé.

La bûche Fruttini : pour les fans ET les plus grands frileux du chocolat noir

Je n’aime pas (du tout) le chocolat noir, genre vraiment pas. Et La Madeleine de Fruttini m’a réconcilié avec cette saveur hot-ement cacaotée. Une bûche glacée qui risque de mettre tout le monde d’accord puisqu’elle est rafraichissante à souhait et ultra savoureuse. On n’y pense d’ailleurs pas assez mais choisir un dessert de Noël est tout un art puisqu’elle arrive après les 25 entrées, la pintade et le plateau de fromage. Autant vous dire, qu’une année sur deux, sur un plus assez de place pour se délecter de quelques bouchées.

Si vous aussi, ça vous est arrivé, foncez tête baissée (et le cœur grand ouvert) pour cette bûche au sorbet choco noir à 71% de cacao qui vous promet un moment frais et idéal glacé quand on a le ventre bien rempli.

Ok vous allez me dire, du chocolat noir en dessert ? Un gros parti pris, je sais puisqu’il ne fait pas l’unanimité. Et pourtant, je n’ai qu’une seule chose à vous dire : la crème glacée de café adoucit le chocolat noir et le sorbet ultra givré apaise la saveur cacaotée. Et c’est CANON. Quant au lit de cassis ? Son twist acidulé nous prend presque par surprise. Ca picote doucement et réveille nos papilles. Séduits ?

La Madeleine : une bûche avec un sorbet au chocolat noir, composé à 71% de cacao. Au centre se cache une crème glacée de café sur son lit de cassis avec son croquant de pistache et de chocolat.

La bûche Aurélien Cohen : nous, on est team chocolat blond, point barre !

Elle s’appelle Dulcey-Pécan-Vanille. Peut-être LA meilleure pause café-bûche de l’histoire de la rédac’. Sans faire mélodrama queen (même si c’est tout moi hihi), la création signature d’Aurélien Cohen a séduit tous les cœurs gourmands. Madeleine de Proust pour certains : « tu trouves pas que ça rappelle le goût du kinder ? » m’a dit Manuela. Irrésistiblement sucrées sans en faire trop : « non mais le chocolat blond est juste hyper bien dosé et c’est tellement léger en bouche qu’on en veut une deuxième partie » me confirme Gwen.

Et si vous aussi vous êtes fous de chocolat Dulcey (alias mélange de chocolat blanc et caramel), plus aucune raison de ne pas tester la création du chef pâtissier Cohen pour Epicery. Et c’est en s’inspirant de sa tartelette chouchoute aux saveurs similaires que sa bûche signature twiste avec brio, vanille de Madagascar, praliné croustillant, chocolat Dulcey et noix de pécan.

La bûche Dulcey-Pécan-Vanille : enrobage rocher craquant au chocolat Dulcey, mousse à la vanille Bio de Madagascar, cœur de praliné noix de pécan à la fleur
de sel, ganache au chocolat Dulcey, biscuit moelleux à la vanille, croustillant praliné à la noix de pécan.

La bûche La Maison du Chocolat : la plus grosse surprise de l’année

Je vous donne le crédo : 3 bûches en 1. On a eu tous les « waouh » de l’année compilés en une seule pause café ! Le paquet une fois ouvert, on admire non pas une bûche signature de La Maison du Chocolat mais bien 3 pour un dessert de Noël absolument divin. Sur l’appelle la bûche Absolument Cadeau et elle se hisse comme notre toute première surprise juste avant l’ouverture de nos cadeaux de Noël qui nous attend sagement au pied du sapin. A chaque bûche, son ruban décoratif blanc, lait ou fraise. Les deux bûches en carré sont notre point de départ de ce voyage gourmand. On adore les notes caramélisées et le praliné péan qui viennent pepser le chocolat noir intense. Et les plus gourmands craignent de tomber à la renverse, brownie en vue !

On se délecte ensuite de la grande bûche qui trône sur un socle en chocolat au lait perforé.

Pour toutes celles et ceux qui cherchent une bûche de Noël inoubliable, on vous l’a trouvée.

La bûche Absolument Cadeaux : mousse choco noir 71% du Cameroun, praliné noix de pécan et fleur de sel de Guérande, crémeux caramel beurre salé, éclats noix de pécan caramélisée, glaçage noir.

La bûche Arnaud Lahrer : arhumatisé comme on aime

Il était impensable de ne pas goûter la création d’Arnaud Lahrer au marron en grande adepte des traditions de Noël que je suis ! Et c’est du côté de la bûche ardéchoise que le cœur de la rédac’ a filé. « Un véritable nuage de gourmandise qui risque d’en énivrer plus d’un » me chuchote à l’oreille quelqu’un (mon doux amour) qui s’est incrusté volontiers dans notre équipe des goûteurs de bûche. Enivrant, c’est exactement le mot. Ce dôme tout de marron garni aromatisé au vieux rhum de Martinique nous promet une note sucrée riche en émotions.

A tous ceux qui raffolent des desserts subtilement alcoolisés ? Vous serez des plus ravis puisque le rhum vous chatouille les papilles et booste la saveur lisse et pleine d’un marron terriblement gourmand. Et la ribambelle de bambins qui enchantera notre tablée du 24 en tombera tout autant raide dingue car le goût n’est que merveilleux souvenir dès qu’il fond sur la langue.

La bûche Ardéchoise : Dôme de gourmandise régressif pour grands enfants, la bûche Ardéchoise est composée d’un biscuit cuillère, d’une crème et mousse de marron au vieux rhum et d’éclats de marrons confits.

Les bûchettes Les Belles Envies : follement et passionnément gourmandes

Le dessert c’est sacré, alors pas question de partager sa bûche de Noël. Pour tous les égoïstes du dessert, comme nous à la rédac’, on vous a trouvé les bûchettes les plus gourmandes à déguster en duo ou en famille avec chacun sa saveur fétiche. Je vous l’avais dit, à la rédac’ c’est comme à la maison : il y a la team choco et la team vanille. Et toutes les papilles seront ravies puisque le label gourmand Les Belles Envies nous proposent pour les fêtes de fin d’année la bûche follement vanille pomme et passionnément chocolat. Il y en a certains (on ne balance pas ici!) à la rédac’ qui ne sont pas de grands aficionados du sucre et ce duo de choc a fait l’unanimité auprès de nous tous. Que vous soyez diabétiques ou pas d’ailleurs, le mariage inédit, détonant et réconfortant des saveurs risque de vous réconcilier avec un dessert de Noël dosé juste comme il faut.

La bûche choco se voit twistée avec de la mangue en compotée et du fruit de la passion en crémeux, la teneur chaude-ement cacaotée se voit adoucie avec des fruits exotiques gourmands et acidulés à souhait. Quant à la bûche vanille ? Elle se voit pepser ni une ni deux par la saveur de la pomme en insert caramélisé et les amandes gourmandes en crumble.

En quête d’une bûche de Noël rien qu’à soi s’il vous plait et dont on peut se délecter d’un mariage choco/vanille fruité à tomber mais sans tomber dans les travers d’un dessert trop sucré… Vous savez où commandant, message reçu ? Oui, oui, oui !

Passionnément chocolat : crumble amande, praliné cacao, compote mangue, biscuit choco, insert crémeux passion, mousse choco noir 65%, ganache chocolat noir et graines de passion fraîches.

Follement vanille : crumble et croustillant amande, insert pommes caramélisées, mousse vanille Madagascar, gousse vanille en choco noir 65%.

  • Plus de nourritures de Noël ici.

La bûche Aymeric Pinard : une explosion vanille

C’est en hommage au jardin du Château de Versailles que le chef pâtissier de l’iconique restaurant Ducasse, Aymeric Pinard, nous propose sa bûche de Noël : la bûche 1724. Comme un tour du monde en 84 secondes de Madagascar au Mexique en passant par l’Inde, la vanille est sublimée de ces 3 régions du monde qui la cultivent. Le souvenir d’une pure merveille blindée d’élégance quand toute la rédac’ s’est penchée dessus à la façon d’un bijou précieux qu’on n’ose pas toucher du bout des doigts (ou des lèvres).

Tous les grands adeptes de vanille se reconnaîtront à coup sur dans cette signature gourmande d’exception. « Ultra crémeuse et très peu sucrée », ce dessert de Noël a mis toute la rédac’ sur la même longueur d’onde (pour une fois !!). La bûche d’Aymeric Pinard se joue des textures et ravira particulièrement les palais férus de saveurs légères et adoucies en bouche.

La bûche 1724 : crémeux aux trois vanilles (Madagascar, Inde et Mexique), bavaroise, biscuit madeleine à la vanille de Madagascar, palet de riz au lait, croustillant amande et vanille et cœur praliné amande vanille.


Leave a Comment